DU RIFIFI DANS L’ANTHROPOSOPHIE

 

sommaire

calendrier thunDU RIFIFI DANS L’ANTHROPOSOPHIE : Maria Thun, âme de la biodynamie, « recadrée » et son fameux calendrier planétaire …dézingué, « symptôme d’affaiblissement du MOUVEMENT BIODYNAMIQUE »


Maria Thun, est (pardon, était) considérée comme une pionnière de l’agriculture biodynamique. Elle avait en effet 2 ans en juin 1924, lorsque l’anthroposophe Rudolf Steiner théorisait l’agriculture biodynamique à Koberzyce (actuelle Pologne). Née dans une ferme allemande, elle était infirmière durant la seconde Guerre Mondiale. C’est pendant cette période qu’elle rencontra et épousa Walter Thun, professeur d’art à Waldorf, dans une école appliquant les préceptes de Rudolf Steiner.

Suite à des années d’observations, ils établissent (ou croient établir, NDLR) en 1952 des corrélations entre la croissance des radis et la position de la lune par rapport au zodiaque. L’idée de formaliser ces interactions entre les plantes, les éléments et le calendrier lunaire naît à ce moment. Le Calendrier des semis de Maria Thun est publié pour la première fois en 1963. Cet outil célèbre cette année sa cinquantième édition, il existe aujourd’hui en 30 langues. Le calendrier de Maria Thun rend compte de la position des astres et détermine ainsi les jours favorables aux différents travaux (travail du sol en jour racine, taille en jour feuille, etc.). Aussi bien utilisé en jardinage qu’en viticulture, ce calendrier est le livre de base de tout biodynamicien.

Elle mourut le 9 février 2012. Deux mois plus tard paraissait dans l’hebdomadaire officiel des anthroposophes, « Das Goetheanum <—ICI» une effarante et bien hypocrite critique, de celle qui fut « l’âme » de la biodynamie.(*)

(*) Sous la signature de Manfred Klett, qui a dirigé la section d’agriculture du Gœthanum (1988-2001) extrait de Sternkalender édité par le Gœtheanum


L’analyse de ce texte vaut démonstration du fonctionnement d’un groupe clos sur lui-même, où les luttes de pouvoir doivent être redoutables.

Vient d’abord l’analyse du fonctionnement de la pensée de Mme Thun, en termes anthroposophiques (donc confus) :

Maria Thun a construit cette superstructure rationnelle du système Trigonal en liaison avec le rythme sidéral de la lune, et elle l’a placé, pour ainsi dire, au centre, entre le haut et le bas. Depuis les hauteurs elle accueillait en elle les idées de la science de l’esprit dont elle imprégnait ensuite son système central, et par cette imprégnation elle les transposait en bas, de manière pragmatique par ses recommandations pratiques.

Mais cela n’était pas convenable, car non adapté aux temps actuels : Le grand défi de l’époque de l’âme de conscience(*) demande cependant à chaque être humain de conquérir et de consolider en lui-même ce centre, entre les hauteurs et les profondeurs, grâce a un constant auto-contrôle et une continuelle formation personnelle.

Résultat de ce manque d’auto-contrôle ? Maria Thun est « devenue prisonnière de son propre système ». Et l’auteur de compâtir (mais oui!) devant cette vie, à l’issue tragique , « malgré la grandeur indiscutable de l’œuvre accomplie ».

Et il tente de comprendre -sans justifier- pareille dérive : ancienne infirmière, ne serait-elle pas victime de son désir d’aider qui l’a poussé à proposer des modes d’emploi concrets?

La malheureuse est allée à la rencontre des nostalgies enfouies dans l’âme humaine pour une antique sagesse stellaire. Mais elle raviva ainsi, involontairement, de manière unilatérale, les anciennes forces de l’âme de sentiment et de raison (!). On peut y distinguer, sans qu’elle l’ait voulu, les effets lucifériens de son action.(**) (c’est-à-dire, exaltation, orgueil, mysticisme, NDLR). Face a cela, se dressait la systématique et le pragmatisme de ses recommandations dont, pour elle, les résultats étaient évidents. (…) son côté fortement volontariste lui interdisait pratiquement le doute et rendait difficile toute discussion se déroulant sur une base cognitive.

Maria Thun ne connaissait pas le doute. C’est dans son assurance qu’elle puisa sa force.

De R.Steiner nous savons que les résultats de la recherche des sciences naturelles conduisent au matérialisme, alors que ceux de la science de l’esprit apportent un fondement à la conception d’une réalité imprégnée d’esprit

elle était donc devenue matérialiste ! Et était sortie de la science de l’esprit … serait-ce une excommunication ? Admirez aussi l’hypocrisie de la petite remarque, qui nie en fait les résultats  : « ses résultats pour elle évidents »…

Pourtant l’auteur ne nie pas le succès de Maria Thun, plusieurs fois souligné, énorme popularité, vénération et confiance fidèle des personnes unies par une conscience de groupe… Soumis à ces nostalgies enfouies dans l’âme humaine pour une antique sagesse stellaire, les gens se sentaient élevés et ravis de la possibilité de pouvoir travailler a nouveau en accord avec les étoiles.

Finalement, le jugement tombe, à peine tempéré (« malgré tous ses mérites ») sur cette approche systématique et donc réductionniste , :

« l’extension mondiale de son calendrier des semis m’apparaît plutôt comme le symptôme d’un affaiblissement du mouvement biodynamique »

————————–

(*) « L’âme de conscience est la grande formatrice d’opinions ; elle fait des êtres humains des égoïstes de l’opinion. Elle se révèle donc d’abord dans son aspect antisocial ». (**)Steiner décrit la puissance de Lucifer comme celle qui excite dans l’homme toutes les exaltations, tous les faux mysticismes, l’orgueil qui pousse l’homme à s’élever au-dessus de lui-même

—————————

MARIA THUN UNE FEMME TOUCHE-à-TOUT

Son crime (spirituel bien sûr) est d’avoir tenté d’ ADAPTER les révélations de Steiner à de nouvelles situations critiques : agrandissement des domaines cultivés, radioactivité, interdiction d’organes animaux :

FACE AUX GRANDES DIMENSIONS DES NOUVEAUX DOMAINES, ET À L’APPARITION DE LA RADIOACTIVITÉ DÉPOSÉE PAR TCHERNOBYL, elle a osé modifier les préparations traditionnelles :

A la fin des années 70, Maria Thun mit au point son « compost de bouse MT » : on s’était rendu compte rapidement qu’hormis pour le jardinage et le maraîchage, aucun agriculteur n’apporte chaque année du compost ou du fumier préparé sur toutes les cultures. Comment apporter annuellement cette dynamique régulatrice et constructive des préparations destinées au compostage telle qu’elle est décrite dans le « cours » pour les cultures, les prairies permanentes et les alpages ne recevant pas de compost, de fumier, de lisier ou de purin ayant reçus ces préparations ?
La réponse de Maria Thun est ce « compost de bouse » est une sorte de compost concentré réalisé avec de la bouse de vache additionnée de poudre de basalte, de coquilles d’œufs et des six préparations biodynamiques du compost.

Seul M. Bouchet, qui a introduit la biodynamie en viticulture, se souvient aujourd’hui de la véritable motivation de départ : « elle fut mise au point à la suite des travaux entre autres de M.Pfeiffer, et a été cherchée pour limiter la montée de la radioactivité dans les plantes cultivées : le choix du basalte et de la coquille d’œufs vient de là.
(…) c’est un mini-compost et de plus elle amène un complexe argilo-humique et les bactéries s’y reproduisent.
J’ai participé à une expérience de cette préparation après la catastrophe de Tchernobyl sur des lavandes dans la vallée du Rhône. Je l’avais prescrites sur des demi-parcelles, la comparaison à l’analyse de la RA était très significative
Les agriculteurs de notre époque devraient s’obliger à son emploi. »

Devant cette entorse au textes fondateurs, les anthroposophes lui concèdent seulement aujourd’hui la faible efficacité  d’un traitement mineur : pulvériser 3 fois à des intervalles réguliers compris entre quelques heures et quelques semaines mieux encore avec des intervalles de 9 jours pour respecter les trigones « Terre-Racine ». Après ces pulvérisations automnales, il est souvent préconisé une piqure de rappel au printemps avant la pulvérisation de la Bouse de corne (500). La faible efficacité est compensée par la facilité de réalisation, la simplicité d’emploi (brassage de 20 minutes seulement). Ce sont des préparations peu fragiles, ne demandant pas de grandes précautions pour leur mise en oeuvre, elles sont peu sensibles ni à la qualité de l’eau, ni à son chauffage. Leur conservation est facile et demande moins de soins que la bouse corne.

De telles attitudes furent une gifle pour Mme Thun ! Car aujourd’hui, on a aussi décidé d’oublier son intention antinucléaire, respectable, mais vraiment peu crédible. Il ne lui est plus reconnu que ceci:
Le compost de bouse permet l’application simple et rapide des préparations biodynamiques du compost sur un terrain n’ayant pas reçu de compost biodynamique dans l’année. Sa pulvérisation apporte au sol les bienfaits des préparations biodynamiques du compost, les éléments nutritifs du sol s’organisent de manière équilibrée et sont rendus mieux assimilables par les plantes. Le compost de bouse est aussi un excellent accélérateur de la décomposition des matières organiques fraîches dans le sol.
NOTRE TOUCHE-A-TOUT EST AUSSI INTERVENUE SUR LA DYNAMISATION
Dans les années 70, elle conseilla de tourner les préparations à l’aide d’une machine, non parce que la mécanisation l’intéressait, mais pour la simple raison que la surcharge de travail [dans les grandes fermes] aurait pu provoquer l’arrêt des épandages(..) ce n’était pas un problème de connaissance de la nature et de la signification du processus de remuage manuel(…)mais volonté d’aider. Elle a alors contacté des spécialistes en mécanique, ce qui contribua à l’élaboration d’une machine adéquate.
Mais là encore, elle bousculait Steiner, qui avait utilisé un …seau à traire :
Steiner indique qu’il est impossible aujourd’hui de refuser les machines en agriculture mais il précise que pour le brassage, « on ne devrait pas s’approcher d’un processus aussi intime de la nature avec quelque chose de purement mécanique ». De nombreuses recherches ont été réalisées qui ont abouti à choisir une forme cylindrique du récipient de brassage ou encore, à l’imitation du seau à traire en bois utilisé par Steiner, une forme de tronc de cône renversé comme étant la plus appropriée. La forme de tonneau a été maintes fois critiquée car elle crée une perturbation du vortex en renvoyant trop rapidement l’eau qui arrive au niveau supérieur dans l’œil du vortex.

Pour les orthodoxes, tout ça restait finalement très matérialiste !
Au contraire, pour René Becker à l’AG de Biodyvin, le 24 /01 /2015 : Les préparations brassées à la machine stimulent également la vitalité autour des plantes mais surtout dans le domaine terrestre. Le lien avec le cosmos est moins visible car l’être de la machine crée une sphère propre qui tend à éloigner la plante du cosmos. La plante est davantage liée au sol très lumineux, mais une lumière plus froide. Ces observations ont été menées avec différentes machines à brasser et comparées au brassage manuel. La machine transmet aussi des forces propres à la mécanique et ces forces contrecarrent partiellement l’effet désiré avec les préparations. Les plantes absorbent en plus des forces des préparations, ces forces mécaniques qui engendrent à travers la nourriture nos pensées mortes, déjà trop présentes. Il faut à minima accompagner le brassage par notre présence et nos pensées et intentions sereines, pour ne pas livrer l’eau lors du chaos à la trop forte et seule influence de la machine. Steiner avait répondu très clairement à cette question lors de son cours.

ENFIN, DEVANT LA PÉNURIE D’ORGANES ANIMAUX , ELLE PROPOSA DES ORGANES VÉGÉTAUX
Il s’agissait de la crise de … la vache folle, qui imposa l’interdiction de l’usage des organes animaux prescrits par la Maître (tels les cornes, le crane, les intestins ou le mésentère bovin) .
Promptement Maria Thun se mit a la recherche d’une solution de remplacement et eut l’idée de changer les enveloppes animales par des enveloppes végétales correspondantes. Elle voyait une corrélation, par rapport aux planètes, entre les arbres planétaires et les préparations animales. Les Sept arbres planétaires devaient pouvoir faire l’affaire, en utilisant une portion de leurs branches. par exemple celle d’un bouleau, en l’évidant jusqu’à |’écorce et en remplissant l’espace vide avec les fleurs spécifiques, en l’occurrence celles du mille-feuilles. Ces préparations végétales furent les prémisses d’essais de grands envergure qui la conduisirent a recommander cette méthode comme succédané.
Scandale chez les traditionalistes !

Elle présenta ses essais lors de sa dernière conférence au Congrès agricole à Dornach. Mais il y eut alors des objections provenant de congressistes plus jeunes. l’attitude obstinée, absolue de la conférencière visant des résultats concrets dont la genèse demeurait incompréhensible, souleva de plus en plus de désapprobation. Elle se tenait derrière son pupitre, lançant dans l’assemblée l’un après l’autre, tels des éclairs. les résultats de ses essais.
Les préparations végétales, proposées comme réponse à la crise de la vache folle, agrandirent encore plus le fossé qui s‘était formé au sein du mouvement biodynamique quant à la compréhension du cours aux agriculteurs, car du point de vue spiritual présenté par Rudolf Steiner dans son Cours, de telles recommandations semblent inappropriées. Elles ne préparent pas la voie vars l’âme de conscience.

Tout est dit, c’est l’excommunication, Maria Thun est à l’origine d’un fossé (un schisme?) dans la doctrine. Les vrais interprètes de la parole du Maître ont tranché : » Maria Thun fermait la voie vers « l’âme de conscience ».

(vous avez compris ? –moi, non ! Pour vous éclairer–si l’on peut dire– consultez donc ces quelques pages de galimatias explicatif, ou encore ceci « Toutefois, précise Steiner, la pleine conscience de son Moi, il ne peut l’acquérir que dans l’âme de conscience. Ce n’est qu’à ce moment que la connaissance véritable de soi et du monde peuvent devenir objective et que le Moi peut élargir progressivement sa conscience au suprasensible. »)

Les malheureux anthroposophes referment alors la porte de toute initiative de recherche critique sur les fondements de leur dogme, tout en reconnaissant l’aveuglement dans lequel les a enfermés Rudolph Steiner : « Bien sûr, il nous reste encore a saisir les arrière-plans spirituels de la genèse des préparations et, en particulier, à comprendre l’énigme des enveloppes animales ».

Et vous, les bons apôtres, qui condamnez Mme Thun pour son absence de doute, en avez-vous, des doutes, sur les « énigmes » du Maître, ou les appliquez-vous dogmatiquement sans vous interroger ?

————————–

Même dubitatif sur les résultats  des expérimentations de Mme Thun –qui n’a sans doute pas utilisé l’indispensable outil statistique— je tiens à saluer son courage à oser bousculer les dogmes officiels révélés par les dieux. Concernant une autre méthode de fermentation, je propose moi-même à Mme Nyssen, en fin d’article, un essai utilisant une bouse fermentée en milieu clos.

ET IL FAUDRAIT FAIRE SAVOIR QUE LE SUCCÈS MONDIAL DU FAMEUX CALENDRIER PLANÉTAIRE, MINIMUM PRATIQUÉ DE TANT DE BIODYNAMISTES AMATEURS, N’EST EN FAIT QUE « le symptôme  d’un affaiblissement du mouvement biodynamique »

QU’ON SE LE DISE …

car les praticiens en biodynamie n’ont, évidemment, pas été avertis de le condamnation de ce calendrier par la plus haute autorité du « mouvement », le Goethéanum : ils continueront aveuglément à s’y conformer !

Et maintenant, voilà  P. Masson qui déclare un peu « dramatique » que la biodynamie ait été rendue « lunaire » par Maria Thun,  ! On n’est plus très loin des conclusions de la Sté Nationale d’Horticulture dont le dossier « jardiner avec la lune » soutient que « l’effet lune n’est d’aucune utilité en horticulture« .

Que cela serve de leçon aux anthroposophes : le dogme est variable, alors que chacun reprenne son indépendance et son libre jugement ! que chacun réfléchisse librement à toutes ces préparations magiques qui n’ont jamais été mises en question ! Abandonnez les « énigmes » prescrites aveuglément il y a presque un siècle !

« Bien sûr, il nous reste encore a saisir les arrière-plans spirituels de la genèse des préparations et, en particulier, à comprendre l’énigme des enveloppes animales ».

calendrier biodunamiste3

Une réflexion au sujet de « DU RIFIFI DANS L’ANTHROPOSOPHIE »

Laisser un commentaire