DÉGUSTATION… SOUS LA LUNE

dégustation prête

« Le calendrier planétaire est symbole de l’affaiblissement de la biodynamie » (Gœtheanum (*)

Étude de l’influence du calendrier biodynamique sur la dégustation : première série de tests…

« Depuis plusieurs années, François a décidé de faire de sa politique éco responsable une des stratégies prioritaires de l’entreprise. Ainsi, tous les domaines sont en cours de certification biologique/organique (selon les pays) voire biodynamique (Hacienda Araucano, Chili). Il nous a semblé tout naturel de pousser la démarche jusqu’au bout, en testant l’influence du calendrier biodynamique sur la dégustation de nos vins, organiques, biologiques, biodynamiques et/ou en agriculture raisonnée.« 

(…)« Conclusion de l’influence du type de jour sur le nez des vins

Malgré de grandes variations entre les vins blanc et rouge, il ressort qu’en jour fleur et fruit les vins sont d’avantages appréciés, car plus intenses (fleur) ou plus ouverts (fruit) avec des notes aromatiques supérieures à la moyenne.

Conclusion sur l’influence du type de jour sur la perception en bouche des vins.

Le  type de jour influence essentiellement l’intensité aromatique et la structure des vins. La qualité générale des vins ressort comme liée à l’intensité aromatique pour les blancs et à la structure pour les rouges.  D’où une grosse différence de résultats entre les vins rouge et blanc.

Pour les vins rouge, le jour fruit est le plus apprécié, il sort avec une structure ronde et soyeuse, le jour racine est dense en tannins mais astringent. En nœud lunaire le vin est moins tannique mais souple. Il convient donc d’éviter les jours racine et noeud lunaire pour les dégustations de vins rouge.

Pour les blancs, le nœud lunaire ressort comme le plus intense aromatiquement et les jours feuille et fruit les plus faibles. Il est donc conseillé de déguster ce jour là.

Aromatiquement les vins ressortiront plus complexes en jours fruit.

Conclusion sur la dégustation des vins selon les jours

La dégustation des vins donne les tendances suivantes :

Pour les vins rouges, il est préférable de boire le vin en jour fruit pour avoir un vin ouvert au nez et une bouche dense et équilibrée. En jour fleur, le vin sera également agréable surtout au nez. Eviter le nœud lunaire où le vin sera plus maigre et moins tannique.

Pour les vins blancs, il ressort que c’est en nœud lunaire qu’il est préférable de déguster le vin, afin d’avoir un vin aromatique sur des notes de fruit.

Ces résultats devront être complétés par de nouvelles dégustation! »

MANQUE DE POT ! DES ESSAIS SCIENTIFIQUES ONT DÉMONTRÉ L’ABSENCE D’INFLUENCE des planètes sur le gout du vin

—–FIN DE LA CITATION DE FRANÇOIS LURTON—-


François Lurton incarne la cinquième génération de cette famille de viticulteurs, qui produit ses vins dans le Bordelais depuis 1897. En 1988, il crée sa propre société avec son frère Jacques, avant de reprendre seul la tête de l’entreprise. Il est aujourd’hui propriétaire et producteur de plusieurs vignobles uniques aux quatre coins du monde : en Argentine, au Chili, en Espagne et en France.


 ———————————-

ON ATTEND AVEC IMPATIENCE  QUE CES RÉSULTATS SOIENT COMPLÉTÉS PAR LE VIGNERON EXPÉRIMENTATEUR.

Mais déjà je pose la question: les conditions planétaires influencent-elles le goût du vin… ou le sens gustatif du goûteur ?

car comme l’a suggéré Pierre Masson, président du MABD,  le biodynamiste ne peut ignorer l’importance des effets opérés par l’expérimentateur (à son insu ?)

– » Il faut aussi se poser la question de l’influence de ceux qui mettent en oeuvre les préparations biodynamiques. [ ou opèrent une dégustation NDLR] La physique quantique (ah tiens ! !) comme Rudolf Steiner,  nous apprennent que l’expérimentateur n’est pas sans influencer son travail expérimental. A quel point l’état vital, psychique et les intentions de ceux qui élaborent, dynamisent, ou pulvérisent [ou goûtent les préparations sont-ils capable d’influencer les résultats obtenus ? (…) C’est une question qui demande une approche attentive ».

Et pourquoi M.Lurton ne tiendrait-il pas compte aussi  de la configuration planétaire à la naissance du goûteur?

N’auriez-vous pas ouvert…la Boîte de Pandore, M.Lurton ?

Car, à ce compte-là, le jugement d’un même gouteur variant selon les configurations planétaires, son jugement ne perdrait toute crédibilité.

Avec le risque que, d’un goûteur à l’autre, les résultats de dégustation soient carrément non-reproductibles ! où irions-nous ?

 

ESPÉRANT QUE, COMME TOUT AMATEUR DE BON VIN, L’HUMOUR NE SOIT PAS ÉTRANGER A CE VITICULTEUR IMAGINATIF,

JE POSE LA QUESTION :

SI LE CALENDRIER BIODYNAMIQUE EST SIGNE DE L’AFFAIBLISSEMENT DE LA BIODYNAMIE,

N’EST IL PAS AUSSI SIGNE DE L’AFFAIBLISSEMENT ..DU BIODYNAMISTE ?

montage 2 lune

(*) Sous la signature de Manfred Klett, qui a dirigé la section d’agriculture du Gœthanum (1988-2001) extrait de Sternkalender édité par le Gœtheanum

Une réflexion au sujet de « DÉGUSTATION… SOUS LA LUNE »

Laisser un commentaire