PIÈGES COSMIQUES : écorce de chêne/crâne domestique

crâne dans la vase« Bien sûr, il nous reste encore a saisir les arrière-plans spirituels de la genèse des préparations et, en particulier, à comprendre l’énigme des enveloppes animales ». selon Manfred Klett qui, de 1988 à 2001 dirigea la Section de l’Agriculture au Gœtheanum.


Dès que manquent les prescriptions du Maître, les disciples partent dans tous les sens : l’assemblage plantes/organes animaux donne lieu à des explications radicalement opposées, comme si l’arrière plan spirituel de Steiner leur était inaccessible : « Nous sommes dans quelque chose de totalement nouveau et d’inexploré« 

L’un explique le lien plante/organe par le fait que la MÊME activité formatrice aurait agi sur la plante et sur  l’organe, justifiant son action thérapeutique : Steiner n’a-t-il pas nommé une femme médecin pour diriger sa section d’agriculture ? « Les organes animaux sont l’expression et la densification organique de forces particulières, lesquelles s’expriment également d’une manière archétypale dans certaines plantes, d’où un rapport fonctionnel entre ces deux règnes : par exemple l’achillée millefeuille et la vessie de cerf ; le pissenlit et le mésentère de bovin ; etc. Ce rapport est la cause des actions thérapeutiques de certaines plantes ».

–MAIS pas du tout ! dit l’autre : au contraire, plantes et organes ont des propriétés OPPOSÉES,  d’où annulation des forces et une sorte de chaos, favorable à l’accueil de nouvelles impulsions :

« Alors que des explications très détaillées sont fournies sur le rôle de la corne et sur le rôle de la vessie du cerf, R. Steiner ne fournit aucun commentaire sur les raisons qui l’amènent à assembler tel organe avec telle plante. On trouve peu d’indications sur le mésentère, ni sur l’intestin de bovidé, ni sur le crâne d’animal domestique et il n’est pas évident de comprendre pourquoi ni l’ortie ni la valériane n’ont besoin d’une enveloppe pour leur élaboration. De même, la raison de l’utilisation de certaines plantes précises est peu développée. Nous sommes dans quelque chose de totalement nouveau et d’inexploré.

A la suite du cours, de nombreuses hypothèses explicatives ont été proposées. On peut citer celles du docteur Bernard Lievegoed dans son livret sur « L’action des planètes et les processus de vie dans l’homme et dans la terre » qui met en relation, avec des concepts issus de la médecine d’orientation anthroposophique, l’activité des planètes infra et supra solaires décrites dans la première et la deuxième conférence avec celle des préparations. Il propose d’établir un lien entre chaque plante et chaque organe avec des forces formatrices issues de l’activité des entités spirituelles originellement actives sur ces planètes. « Les planètes sont en nous » selon l’affirmation de Paracelse. Les forces formatrices issues des sphères planétaires ont agi de manière intense en se condensant sous forme d’organes aussi bien chez l’être humain que chez les animaux : coeur, foie, rein, rate, etc. Une approche sensible du monde des plantes permet aussi d’y reconnaître cette activité formatrice originelle des planètes. Pour saisir en profondeur les processus à l’œuvre dans les préparations, les liens entre médecine et agriculture devaient être intensifiés. C’était sans doute l’intention de R. Steiner quand il demanda dès la fin du cours à la doctoresse Ita Wegmann de prendre la responsabilité de la section d’agriculture.

On peut aussi prendre appui sur les explications de Walter Goldstein qui voit dans la nature des organes et des plantes des propriétés opposées. Leur association devient capable de créer une sorte de phénomène d’annulation des forces, un champ chaotique permettant d’accueillir de toutes nouvelles impulsions. (Lebendige Erde 6/2008). »

Quoi qu’il en soit, il s’agirait carrément d’induire une transmutation, une transubstanciation de type alchimique, dévoilés au monde, qui n’a pas à tenter d’interpréter la logique divine, c’est à prendre ou à laisser :

« Elles sont le dévoilement d’abord au regard d’un petit nombre, puis ensuite de manière publique, d’un principe alchimique de transformation des substances, de transmutation. Il faut noter que ces conférences se sont déroulées dans une période où les recherches sur la radioactivité étaient très intenses, cette polarité a sans doute une grande importance dans l’histoire du monde. Pour la première fois, la possibilité d’agir de manière positive avec de très petites quantités de substances sur l’évolution de la terre était décrite. Il faudrait même parler ici de phénomènes de transsubstantiation. R. Steiner a ainsi transmis aux hommes une manière d’agir qui jusqu’à présent était réservée au monde des dieux ».

Le texte ci-dessus a été rédigé pour une publication dans le livre paru à l’occasion du 90e anniversaire du « cours aux agriculteurs » de Rudolf Steiner. Le livre est paru sous la houlette de Ueli Hurter aux éditions du Goetheanum, en langue allemande sous le titre »Agrikultur für die Zukunft » et en anglais sous le titre « Agriculture for the future ».


COMMENT ILS JUSTIFIENT MAINTENANT CETTE PRÉPARATION ÉNIGMATIQUE

Dr B.C.J. Lievegoed « les actions des planètes et les processus de vie dans l’homme et dans la terre », (Les Trois Arches édit.) : Les forces de la Lune agissent dans le sol d’une façon normale, saine, par la préparation 505, l’écorce de chêne. L’écorce de chêne, en tant que porteuse de l’activité planétaire infrasolaire, a besoin de la consolidation, de la liaison avec la terre en passant par un organe animal. Pour cela, Rudolf Steiner a indiqué le crâne d’un animal fraîchement tué auquel la cervelle a été enlevée par l’orifice arrière, sans que ce crâne ait été scié et qui, ainsi, est rempli d’écorce de chêne émiettée. Le trou de l’arrière-tête est refermé par un os frais du même animal, puis ce crâne avec son « cerveau d’écorce de chêne » est posé dans de la vase, là où l’eau de pluie et de fonte de neige pourra passer par-dessus. Ceci ne peut avoir lieu que pendant l’hiver.
Rappelons-nous quelles sont les forces qui agissent en hiver dans l’eau de pluie et de fonte des neiges: nous avions dit, au dessus du sol, là, dans la neige, vivent les forces suprasolaires. Dans le sol, en tant qu’eau de fonte des neiges, elles apportent « résurrection » (Saturne), chimisme Jupiter) et formation d’albumine (Mars). Nous pouvons maintenant pressentir ce qui se passe dans le « crâne à la cervelle d’écorce de chêne ». Enfermé dans la boîte crânienne, le processus Lune II est stimulé, justement là où les forces de régénération en germe sont atténuées et où la Lune est devenue l’organe formateur qui reflète et intériorise le monde. Par le cerveau, l’astral peut se ressentir comme microcosme dans le macrocosme. Cette action de refouler, d’affaiblir les forces vitales éthériques, jointe à la possibilité pour l’astral de se créer une image dans la substance (le cerveau est de tous nos organes celui qui est modelé avec le plus de complexité), met justement le calcaire de l’écorce de chêne dans un état qui lui permet de dominer les forces de reproduction de la Lune qui tendent à proliférer.

Selon GUIDE POUR L’ÉLABORATION DES PRÉPRATIONS BIO–DYNAMIIQUES Christian von Wistinghausen Eckard  von Wistinghausen Wolfgang Scheibe Uli Johannes König. Traduit de l’allemand par Maria Guthmann et Siegfried Lother Arbeitsheft Nr. 1 – Verlag Freies Geistesleben. Mouvement de Culture Bio-Dynamique – 71250 Donzy-Le-National

Serait-ce la fameuse « lecture gœthéenne » ? Ces auteurs contemporains n’ont trouvé comme lien logique (pardon spirituel) entre le végétal (chêne) et l’organe (crâne domestique) que …les contrastes entre d’une part les différentes feuilles du chêne et d’autre part entre les activités variées du cerveau. Alors que ce type de « rencontre » pourrait concerner une multitude d’autres plante et organes.

« Le chêne, symbole de la lutte pour la vie et de la force, reflète à travers son développement, ce permanent combat… La jeune pousse doit déjà lutter contre les maladies cryptogamiques (oïdium) et les attaques des insectes. En sortant du bourgeon, la jeune feuille, aussi chez l’arbre adulte, est très tendre et jaune rougeâtre; elle est souvent attaquée par les champignons et les insectes. Si les jeunes feuilles sont détruites, de nouvelles pousses prennent le relais, ce qui donne au chêne sa forme noueuse. Les feuilles plus âgées sont d’un aspect très variable mais restent caractéristiques. Aux jeunes feuilles tendres, s’oppose le bois dur et grossier, qui est très résistant. Le chêne forme une écorce qui se gerce avec l’âge, elle est une protection vers l’extérieur. L’écorce, à son tour, présente des contrastes : d’un côté, elle contient beaucoup de calcium (environ 75 % de la cendre correspondent à de l’oxalate de Ca), d’un autre côté, elle contient de l’acide tannique qui était utilisé par les tanneurs. Le tanin a des effets insecticides, le calcium protège de la croissance des champignons. Pour l’élaboration de la préparation on remplit d’écorce broyée de chêne pédonculé la cavité cérébrale du crâne d’un animal domestique. L’enveloppe calcaire du crâne protège le cerveau qui, à son tour, présente des contrastes: d’un côté, on a un processus métabolique intense (un manque de sang de quelques secondes provoque la mort cérébrale), d’un autre côté, les cellules cérébrales ne peuvent pas être régénérées alors qu’elles meurent chaque fois que l’homme réfléchit intensément. (pour vous rassurer : l’homme possède plus de cellules dans son cerveau que celles dont il a besoin dans sa vie; vous pouvez donc continuer à réfléchir). Le crâne de bovin, caprin, ovin, porcin ou de cheval (ils oublient chien et chat !)empli d’écorces de chêne pédonculé est enterré en un endroit où périodiquement de l’eau de fonte des neiges ou de pluie fraîche traverse une couche boueuse de matière végétale en décomposition. Sous la protection du crâne calcaire, l’écorce subit un processus de décomposition. Ici aussi, on trouve le même principe que précédemment : les propriétés naturelles de l’écorce de chêne sont élevées à un niveau supérieur par la préparation. La préparation d’écorce de chêne protège les plantes d’une croissance exubérante qui se révèle par des maladies cryptogamiques.

Et aussi : (Prométerre propose des stages de formation professionnelle à la biodynamie)

Le chêne est l’arbre intermédiaire entre la terre et le ciel où l’éthérique est maîtrisé par l’astral. Chaque fois que l’étherique est trop puissant, les parasites se développent. Là, le calcium du végétal permet à l’astral de maîtriser cet étherique, de l’assourdir. Ainsi, le chêne peut agir contre le parasitisme des animaux. L’écorce c’est 78% de Ca. Le chêne contient beaucoup de parasites animaux, particulièrement les hyménoptères qui font des galles où le Calcium est concentré. Le crâne est utilisé pour recevoir l’écorce dans la préparation. C’est l’organe de finalité de l’action lune incarnée dans le système nerveux qui est la peau. La lune est la division cellulaire qui s’arrête par la peau. Croissance et différenciation des tissus.
QUELQUES DÉTAILS SORDIDES DE LA PRÉPARATION

« Il peut s’agir d’un crâne de n’importe lequel animal domestique (cheval, vache, mouton, chèvre, chien, chat). Les crânes doivent être frais, un séjour d’un mois dans le tas de compost est ensuite recommandé pour nettoyer la chair et le cerveau. Le crâne est nettoyé par l’emplacement de la colonne vertébrale à l’aide du boyau d’arrosage. (sic)Laissez la membrane fine qui tapisse la cavité crânienne.

vider la cervelle

À l’aide d’une cuillère, on remplit la cavité crânienne avec les grumaux (sic)d’écorce de chêne, en tassant bien. On referme avec un os ou une cheville en bois. Les crânes sont enterrés à une faible profondeur d’environ 15 centimètres, avec de la mousse de tourbe d’abord, avec de la terre ensuite. L’endroit idéal est boueux, retenant le ruissellement de la pluie ou de la neige, comme un fossé naturel. Un tel endroit peut être recréé avec un tonneau, les crânes au fond, puis la tourbe ensuite la vase et l’eau d’une gouttière pour finir.Les crânes sont retirés de la vase le printemps suivant vers Pâques, et le contenu est vidé à l’aide d’une cuillère ou en sciant les crânes. Les crânes peuvent être utilisés 2 ou 3 fois.

Cette préparation a un puissant pouvoir de guérison et aide à prévenir les maladies. Elle a un rapport avec le calcium et renforce la résistance des plantes contre les maladies dues à des phénomènes de prolifération, d’exubérance ».

EST-CE EFFICACE ? rarement perceptible…

L’efficacité de ces préparations est fortement dépendante des soins et de la rigueur liés à leur élaboration et à leur application : la cueillette des plantes ; leur conservation ; la qualité des enveloppes animales ; le savoir-faire de celui qui les prépare, le stockage des préparats, la qualité de l’eau employée pour la dynamisation, les conditions de pulvérisation, etc. (http://www.arbdyn.ch/biodynamie-preparats-001.html) On peut percevoir l’action des préparations au fil des années par le développement d’un équilibre sain du domaine agricole.
Une action directe ponctuelle est plus rarement perceptible. Il est d’autant plus intéressant d’échanger sur ces différentes perceptions.

MÉTHODE COUÉ ?

Selon Uli Johannes König Fertilité du sol & préparations :

Qu’est-ce qui m’empêche encore d’appliquer les préparations avec enthousiasme ? Cela tient-il au doute intérieur (sousconscient), avec lequel je regarde le monde chaque jour ? Faites donc un jour cet exercice : observez un arbre : quelque chose change-t-il si je le regarde avec intérêt au lieu de scepticisme ?La différence peut être énorme ! Si vous vous consacrez avec intérêt au travail des préparations, vous remarquerez que la distance se raccourcit. Cette essence des préparations si importante pour notre travail, nous révèlera quelque chose d’elle. Si vous faites un jour l’expérience de la manière dont Terre et Cosmos sont unis par les préparations, comment une approche a lieu, comment cette individualité agricole d’une grandeur gigantesque qui s’étend jusqu’à Saturne, jusqu’aux étoiles fixes, comment tout cela se rapproche, s’unit, reçoit une limite, une enveloppe, alors on ne doute plus de l’efficacité des préparations.
Ainsi je peux être saisi d’enthousiasme et utiliser les préparations en fonction des types de cultures, (…)

un « rapport personnel » aux préparations, tout en subjectivité !

« Personnel- spirituel. Les préparations ont ceci de particulier qu’elles nous conduisent à développer une relation personnelle avec elles. Cela signifie que chacun élabore et comprend les préparations avec une attitude personnelle. Cette approche comparable à l’interprétation individuelle d’un morceau de musique est adaptée à la nature des préparations.
Ce n’est que grâce à
cette relation individuelle que l’on perçoit les niveaux plus profonds des préparations. Il semble que ce soit le contexte global entre l’être humain et les préparations qui agisse en fait.

QUESTIONS POUR LES GROUPES Quelles sont les qualités d’une telle relation personnelle ? Pouvons-nous échanger sur ce thème ? Y-a-t-il des situations trop personnelles où l’objectivité se perd ? » (en fait ici il s’agit avant tout de SUBJECTIVITÉ !)

CONCLUSION : la science spirituelle de Steiner est en fait religieuse

Si on élimine le doute et le  scepticisme au profit de « l’intérêt » (la confiance ou la foi), alors évidemment on croit ! L’expérience et la « relation personnelle » ci-dessus sont de type religieux et rappellent les Évangélistes, Charismatiques etc…) Les chrétiens évangéliques ont essentiellement en commun l’importance cruciale qu’ils accordent à la conversion individuelle relevant d’un choix personnel et, à la suite, de l’expérience religieuse de la « rencontre avec le Christ »(Wikipédia)

A mon avis le danger pour notre société laïque commence lorsqu’une religion prétend présenter des preuves matérielles de sa validité. Preuves qui valideraient toute l’idéologie anthroposophique, dont l’application politique non-démocratique de la « tri-articulation sociale ».


COMMENT AJOUTER FOI À PAREILS DÉLIRES ASTROLOGIQUE ? –QU’IMPORTE SI ÇA MARCHE dites-vous ?

JUSTEMENT LES PREUVES DES ANTHROPOSOPHES SONT SI PEU CONVAINCANTES QUE DES CHAMBRES D’AGRICULTURE TENTENT, encore aujourd’hui,  DE DÉMONTRER, SUR PLUSIEURS ANNÉES, UNE QUELCONQUE SUPÉRIORITÉ SUR UNE bonne CULTURE BIOLOGIQUE. LES RÉSULTATS SERONT EXPOSÉS SUR CE BLOG.



 

 


 

 

 

Laisser un commentaire