BIODYNAMIE : CRÉDIBILITÉ, EFFICACITÉ ? IIème partie

pulvérisatin 501

SUR LE TERRAIN biodynamisé : ENCORE DES ENGRAIS ET TRAITEMENTS CHIMIQUES !

Steiner nie les agents pathogènes cryptogamiques (mildiou et oïdium) : pour lui, c’est seulement un déficit en « forces » : En réponse à une question sur les maladies végétales par exemple, Rudolf Steiner expliqua qu’en réalité ce n’était pas en premier lieu la plante qui était malade mais l’environnement et particulièrement le sol, qui pouvait tomber malade. Il fallait donc chercher les causes des prétendues maladies des plantes dans l’état du sol et de l’environnement.

Il faut prendre au sérieux les paroles de Rudolf Steiner dans le cours aux agriculteurs
sur le fait que si le phylloxera s’est abattu dans les années 1880, sur de vastes étendues de vignobles, c’était parce que le sol était épuisé, les traditions aussi et que l’on ignorait l’influence cosmique, aussi bien celle qui agit à travers l’air en passant par ce qui est au dessus du niveau du sol que celle qui agit d’en bas par l’intermédiaire de la Terre.

« En biodynamie, la maladie de la plante n’est pas perçue comme un problème crucial en soi, mais plutôt comme un indicateur d’un sol malade dans lequel la faiblesse de la vie microbienne n’est plus en mesure d’apporter à la plante l’ensemble des éléments dont elle a besoin.(https://www.biodynamieconseil.com/historique-de-la-biodynamie) » MAIS ALORS POURQUOI AUTORISER LES TRAITEMENTS AU CUIVRE ET AU SOUFRE ?

OR L’OPINION COURANTE EST QUE : Les viticulteurs biodynamiques remplacent le sulfate de cuivre par des  » préparats  » naturels. Ils sont composés de purin d’ortie, d’infusions de prêle et d’éliciteurs.(…) Côté vins biodynamiques, le soufre est réduit à son maximum, voire absent !

IL FAUT NUANCER CE PAYSAGE IDYLLIQUE :

En biodynamie, sont aussi utilisés le cuivre (mildiou) et le soufre (oïdium) » : « Un panel de cuivre : Dans l’emploi du cuivre, entre oxyde, hydroxyde et sulfate, le choix est vaste. La bouillie bordelaise reste la grande favorite et offre les avantages de la facilité d’utilisation et d’une résistance honorable au lessivage. Les hydroxydes seront employés en cas d’attaques très virulentes. Quelques vignerons préfèrent limiter les passages dans les par-celles pour éviter le tassement du sol. Mais la plupart préfèrent multiplier les traitements avec des petites doses comprises entre 90 à 200 gr/ha de cuivre métal, associées à des tisanes.  Pour le soufre, cependant : « Certains aimeraient proscrire le soufre issu de l’industrie chimique car la molécule active aurait perdu son entité profonde (?)« . Depuis quelques années, l’emploi de soufre de mine ou volcanique offre une alternative au soufre issu de la pétrochimie. »

« Côté viticulteur bio, les seuls produits autorisés par la règlementation française sont le soufre et le sulfate de cuivre, appelé aussi bouillie bordelaise. La teneur à ne pas dépasser est de 6 kg par hectare et par an. Mais, le soufre et le sulfate de cuivre ne sont pas inoffensifs. Selon l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), leur accumulation dans le sol produit des effets négatifs à long terme sur l’environnement« . Et sur la vie microbienne du sol (mais les auteurs divergent)

CUivre et soufre biodynamie

tous les producteurs certifiés par Demeter sont également certifiés en agriculture biologique. l’agriculture biodynamique répond à un cahier des charges supplémentaire.
quelques spécificités :
– tout le domaine est conduit en biodynamie (mixité interdite)
– utilisation obligatoire des préparations biodynamiques sur tout le domaine
– fertilisation : les apports de fumures sont limités à 112 kg d’N⁄ha⁄an et les engrais du commerce à 40 kg d’N/ha/an, en arboriculture et viticulture l’apport est limité à 96 kg d’N/ha/an (y compris les engrais du commerce). La dose tolérée est importante,  alors que 30kg/ha seulement suffiraient pour une carence, alors que « Le développement récent de l’enherbement des vignes entraîne parfois une forme nouvelle de carence en azote qui se manifeste particulièrement au niveau de la composition des moûts et provoque des retards ou des difficultés de fermentation. » les produits de synthèse sont honnis, pourtant DEMETER  autorise le bicarbonate de Potassium, et le sulfate de cuivre (*), qui  ne sont pas « naturels », mais fabriqués par synthèse chimique ! de même l’azote des engrais du commerce, « dénué de vie » selon Steiner, est autorisé quand même…

(*) le cuivre aurait  un effet négatif sur la vie microbienne du sol !

engrais azoté Demeter

ON EST DONC EN DROIT DE SE DEMANDER SI LE SOL, EN BYODYMAMIE, A VRAIMENT ÉTÉ GUÉRI PAR LES PRÉPARATIONS,

puisqu’il faut encore traiter les cultures : selon Steiner, les maladies cryptogamiques auraient dû disparaître avec la guérison du sol . Exemple de ce viticulteur (ci-dessous) qui a jugé nécessaire de traiter sa vigne au cuivre, dont le sol aurait pourtant été très amélioré –selon les analyses produite–« Les éléments minéraux N, P, K, Ca, Mg, nécessaires à la nutrition de la plante sont beaucoup plus disponibles dans la partie biodynamique, on assiste presque à un doublement, aussi bien dans la jeune plantation que dans la vigne adulte. La fourniture annuelle possible en azote explique la plus grande vigueur apparente des parties en biodynamie »

cuivre en biodynamie

QUANT À L’ADDITION DE SULFITES DANS LE VIN :

Voici les doses maximales de SO2 tolérées pour les différents types de vin, même si le sol a été « guéri par les préparations » :

sulfites demeter

Le règlement bio européen prévoit une possibilité de dérogation pour l’utilisation de SO2 à des teneurs supérieures à celles indiquées ci-dessus, en fonction des aléas climatiques.
Le cahier des charges de Demeter France prévoit également une possibilité de dérogation. Les doses maximales pouvant être autorisées dans le cadre d’une dérogation restent cependant inférieures ou égales (selon les types de vins) aux doses maximales
normalement autorisées par le règlement bio.

CES DÉRAPAGES AUTORISÉS POSENT CETTE QUESTION : LES GESTIONNAIRES DES LABELS CROIENT ILS VRAIMENT À L’EFFICACITÉ DES PRÉPARATIONS DE  Steiner ?

__________________________________________________________________________________________

CONTRÔLE D’EFFICACITÉ

L’origine non rationnelle de la méthode, basée sur les  « fondements spirituels de la biodynamie » implique particulièrement son contrôle rationnel /

(…)la science spirituelle en tant que champ d’étude de ce qui englobe et dépasse le monde des sens physiques ( supra-sensible ) possède sa méthodologie ( exercices de méditation, concentration etc …) afin de parvenir à un état de conscience qui élargit la conscience de veille à une contemplation des mondes immédiatement supérieurs ( forces de vie, et psycho-spirituels ).(…)Mais ce serait une grave erreur que de l’assimiler à une forme de superstition. Dans la pratique agricole qui nous est décrite ici, l’observation et l’expérience règnent en souveraines, et pas plus qu’aucun de ses semblables, le paysan biodynamiste n’est un fantaisiste, prêt à se laisser bercer par des élucubrations.

PUISQUE OBSERVATION ET EXPÉRIENCE RÈGNENT EN SOUVERAINES, VOYONS CE QUI A ÉTÉ FAIT pour la mise en évidence de ces « forces de vie« . 1/ techniques simples (au laboratoire ) 2/ en plein champ

1-Mise en EN ÉVIDENCE EN LABORATOIRE

SUR DES RÉACTIONS SENSIBLES Faussurier a tenté longtemps de mettre en évidence l’influence des planètes sur une réaction chimique assez « sensible ». Si je me souviens bien, lorsque je l’ai rencontré à Lyon,  c’était l’action du formol sur une solution de nitrate d’argent, qui cause un précipité (dépôt) noirâtre, étudié par une sorte de chromatographie ascendante, dont les variations de forme auraient dû signaler le passage ou l’occultation de telle planète. Il reprenait les travaux de Madame Lily Kolisko décédée en 1976 dont il a cherché, durant une dizaine d’années à répéter les impressionnantes expériences avec la morphochromatographie minérale qui mettaient en évidence un lien entre des substances terrestres (sels métalliques en particulier) et l’environnement planétaire. Mais cela ne marchait pas : « Depuis Kolisko, le temps s’était accéléré », selon Faussurier. Une association s’est créée récemment pour reprendre la question sur des circuits électriques « sensibles »…et cherche des financements pour  « l’étude d’un phénomène singulier et variable, méconnu, qui se manifeste dans le domaine de l’électricité, une étude renouvelée sur la nature de la lumière (!), et une reprise des études sur la morphochromatographie minérale, en rapport avec le précédent sujet. »

SUR LA GERMINATION DE GRAINES  Ce sont les travaux de Hager en 1988 qui a tenté de mettre en évidence « le rayonnement » des préparations biodynamiques sur la germination de graines de blé : « Ce ne serait donc pas l’activité substantielle chimique qui serait déterminante pour les préparations biodynamiques, mais les forces qui rayonnent de ces substances. Afin de représenter cela de manière phénoménologique, Hagel a entrepris une série d’essais sur la manière dont la croissance végétale, et ici en particulier la germination des grains de blé, réagit en présence d’une préparation destinée au compost ou, selon le cas, en présence des préparations dans leur ensemble. Lors de ces essais, les préparations furent disposées clans des tubes de verre hermétiquement scellés par fusion du verre, pour qu’aucun contact chimique ne fut possible avec la solution du sol. » (…) Lorsque la faculté germinative de la céréale se trouvait fortement réduite, par exemple au moyen d’une couche de terre épaisse au-dessus des graines ou par une faculté germinative physiologiquement diminuée (?), les préparations blo~dynamiques favorisaient nettement la germination. (…) Ces essais ne permettent pas de dire quelle sorte de « rayonnement » de force émane des préparations bio~dynamiques. Il est simplement prouve qu’i1 existe un effet de la préparation bio-dynamique qui dépasse le simple domaine chimique. Quant a savoir sil s’agit d’une sorte de rayonnement Gurwitsch (biophotons] ou bien de toutes autres forces, la question reste ouverte. Source: HAGEL (1988): Lebendige Erde, Heft 1, Seite 16-23

QUESTION  : POURQUOI EXPÉRIMENTER SUR DES GRAINES PEU APTES A LA GERMINATION ? ET SURTOUT CONCLUSION :  » Jusqu’à présent, les résultats expérimentaux correspondants ne  purent être confirmés avec certitude, même pas par Ingo Hagel lui-même. (Bislang konnten allerdings entsprechende Versuchsergebnisse nicht sicher bestätigt werden, auch nicht von Ingo Hagel selbst.)

2. EXPÉRIENCES EN PLEIN CHAMP

Une autre hypothèse que les  « forces rayonnantes »  a été envisagée, toujours  par HAGEL, la « régulation », qui justifierait l’incertitude des résultats ! : « Le point de départ de cette hypothèse est que les préparatifs visent à équilibrer les conditions de croissance extrêmes afin que les plantes puissent se développer dans une situation plutôt harmonieuse. Par conséquent, selon la situation, il se peut que les effets des préparations soient dans des directions opposées. L’hypothèse est basée sur des résultats expérimentaux avec des rendements en différentes années ( voir ailleurs à traduction fantaisiste : lire « Rottemist » = fumier composté). Dans une série d’essais, une augmentation ou une diminution du rendement s’est produite (…) En outre, le modèle de régulation du système peut expliquer les résultats des tests (apparemment) contradictoires (parfois, il y a eu une augmentation du rendement, une diminution du risque (traduction ?).

JE NOTE L’AVEU  DES RÉSULTATS INCERTAINS DE LA BIODYNAMIE, à laquelle le MABD a énuméré une série étonnantes de causes, souvent également contradictoires, y compris l’état vital, psychique et les intentions de l’opérateur (an nom de la physique quantique )!

EXPÉRIENCES COMPARATIVES de la biodynamie PAR RAPPORT AUX CULTURES BIO

Je rappelle que les comparaisons utilisant les méthodes dites globales–ou holistiques– destinées à mesurer la « vitalité » des productions, telles que la cristallisation sensible, ou la « morpho-chromatographie », ne sont plus reconnues comme fiables même par les biodynamistes, tels que le label DEMETER.

Les expérimentateurs se sont donc adressés aux méthodes conventionnelles d’analyse des sols. Et le MABD diffuse sur le net des résultats réellement incroyables, révélant de très rapides modifications de la teneur des sols en éléments chimiques et en matière organique, par rapport au terrain « témoin » en bio. Mais aucune informations n’est fourni sur le protocole expérimental : on doit s’interroger sur les modalités de prélèvement, qui exigeraient les prélèvement de sols exactement au même endroit avant et après traitement par les préparations : dans un essai comparatif il y a prélèvement sur deux terrains supposés identiques, c’est rarement le cas, les sols sont souvent hétérogènes. IL existe des normes officielles de choix des zones étudiées, afin de réaliser des essais vala-bles statistiquement

Voici d’abord deux exemples de la difficulté à concevoir un essai convaincant :

MATURATION DE LA BOUSE DANS LA CORNE : un petit curieux (vidéo/net) a comparé la maturation de la bouse dans une corne  à ce qui se passe lorsque la bouse est dans un flacon de verre. Après analyse de la vie microbienne, la corne en avait 2 fois plus. Mais les conditions ne sont pas vraiment comparables : la corne pouvait contenir encore de la chair, avec des micro-oganismes, la matière de la corne pouvait aussi participer aux décompositions : on nous dit que les cornes ne peuvent servir que 3/4 fois, donc elles se décomposent peu à peu. Il eut été plus logique de mettre du broyat de corne dans le flacon pour y apporter les mêmes composants micro-organiques et chimiques.

EFFET DE LA 501 SUR LES FEUILLES : Après la pulvérisation de 501, les biodynamistes disent constater le redressement des feuilles de vigne, mais a-ton essayé de pulvériser de l’eau sans 501 ? Ne serait-ce pas l’humidité du « brouillard  » pulvérisé qui redresse les feuilles ?

Sans mettre en cause la bonne foi, l’expérimentateur persuadé de l’efficacité de sa méthode est mal placé pour bâtir un protocole critique …

MAIS ON TROUVE DES TRAVAUX DE RECHERCHE EXÉCUTÉS CORRECTEMENT :

objet de la suite III , à venir !

_____________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire