UN MOTEUR « SPIRITUEL » ÉTUDIÉ AU GŒTHEANUM durant vingt ans !

machine steiner

LES FORCES DE L’ESPRIT SERONT SON SEUL CARBURANT

 Steiner l’avait rêvé, ANTHRO-TECH  l’a (presque) fait (1991-2011)

avec le financement du Labo WELEDA.

RÉSUMÉ : Cet article vous montrera jusqu’où peut conduire la foi aveugle dans le voyant de l’Anthroposophie, R.Steiner, qui avait annoncé l’invention d’un moteur fonctionnant à la force éthérique. Pendant vingt années (1991-2011) « l’École de Science de l’Esprit », crème du Gœtheanum, confia à un groupe de recherche baptisé Anthro-Tech, la mission de réaliser ce chef-d’œuvre, sous la direction de Paul Emberson. Celui-ci disposait, au sein d’un village suisse perdu, d’un véritable bunker blindé contre toute radiation, comme les vaisseaux spatiaux, avec des plaques de cuivre recouvertes d’un mince feutre de fibres de carbone plaqué nickel. Mais aussi d’un magnifique manoir en Écosse, où Emberson se réfugia, lorsque la patience des donateurs, (dont le Laboratoire Weleda) soupçonna une fraude. Mais Emberson, diabolisant l’informatique, continue actuellement ses recherches là-bas, où il a créé un « Centre for Moral Technology » censé poursuivre l’invention de la fameuse machine. Il attire les personnes électro-sensibles et cherche des soutiens « de toute nature » …Avis aux naïfs !

Une seconde partie explique le différent « théologique » concernant la diabolisation de l’électricité, qui « a atteint les nerfs de l’homme moderne et a chassé des nerfs toute orientation vers le spirituel, » selon Steiner, tout de même plus tolérant, ou désabusé, que Paul Emberson : selon celui-ci les âmes des joueurs sur ordinateurs seront, après leur mort, enfermées dans le Web. OUI, CECI A ÉTÉ ÉCRIT DE NOS JOURS !

En fin de cette (trop) longue page–oui, vous irez jusque là!– l’escroquerie décrite ici confirme le titre d’une revue scientifique : « Le Charlatanisme à la Culture ».


______________________________________________________________________________________

L’étude  que je vais analyser est parue dans la revue de la Section mathématique-astronomique de l’École de Science de l’Esprit du Goetheanum, organisation plus ou moins secrète qui regroupe la crème des initiés à la pensée de Steiner, et qui a lancé un centre de recherches sur cette question, l’Institut Anthro-Tech. Article initialement paru en allemand dans la revue Jupiter Vol. 5, n° 2, décembre 2010, p. 175-242, sous le titre Rudolf Steiner zur Technik. Eine Recherche.

Au sein de la Section mathématique-astronomique, (aussi consacrée  à la mécanique) le travail sur les vues de Paul Emberson a été déclenché par la parution du bulletin Anthro-Tech News n°10 qu’il publia à l’hiver 2009. Cette publication commence par décrire l’avancée des recherches effectuées DEPUIS 20 ANS sur un nouveau type de technologie, pour lequel, je le rappelle, l’Institut Anthro-Tech avait été fondé au sein de l’École de Science de l’Esprit.

Il s’agit, pour l’étude que j’analyse ici, de condamner –mais avec les formes– le comportement, et l’interprétation jugée non-orthodoxe de cet Emberson, pourtant célèbre, mais qui , soupçonné d’escroquerie, aurait fini par s’enfouir–ou s’enfuir ?– fortune faite, en Écosse, (*). Règlement de compte bien classique dans ce genre de groupe dogmatique quasi sectaire, « Nous ne devons cependant pas cacher qu’après plusieurs mois de travail sur les déclarations de Paul Emberson dans le cadre de la Section mathématique – astronomique au Goetheanum, certains points de sa démarche ne purent être approuvés. Les questions restées ouvertes attendent toujours des éclaircissements, même après une tentative de prise de contact écrite et une entrevue »

(*) En Suisse, (village de 1669 Haut-Intyamon, ) Emberson s’était fait construire à grand frais un étrange laboratoire, dont les murs aux sept faces étaient couverts de plaques de cuivre recouvertes d’un mince feutre de fibres de carbone plaqué nickel (un matériau utilisé par les américains pour les équipements électroniques très sensibles des vaisseaux spatiaux), et de bois spéciaux pour l’isoler de toute radiation. Il avait aussi fait acheter par Anthro-Tech le superbe manoir écossais de l’ile de Mull, où il se réfugia après le clash. Il y créa en 2012, son « Center for Moral Technology », (Other research and experimental development on natural sciences and engineering ), où il attira aussi les personnes électro-sensibles. On verra ci-dessous le site des architectes de la rénovation du Manoir, indiquant clairement le Centre de Paul Emberson comme client.

SITE ARCHITECTES TOROSAY

Mais je suis d’abord intéressé par cette nouvelle forme d’énergie, révélée de façon pas trop claire comme d’habitude, par Steiner. Histoire de montrer jusqu’où peut aller la soumission aveugle aux paroles plus ou moins occultes d’un gourou datant de presqu’un siècle. « L’idée d’une telle technique date de l’inventeur américain J.W. Keely, à propos duquel Rudolf Steiner déclarait en 1906 :

« Vous savez, peut-être, que Keely inventa un moteur qui fonctionnait uniquement s’il était présent. Ce ne fut point une duperie ; il avait en lui cette force qui, jaillissant de l’âme, peut mettre des machines en mouvement. Une force agissante qui ne peut être autrement que morale, voilà l’idée de l’avenir ; c’est la plus importante des forces qui devront imprégner toute le culture si l’on veut éviter son effondrement. Ce qui est moral et ce qui est mécanique devront s’interpénétrer, et la mécanique ne sera alors rien sans l’élément moral. Nous nous trouvons aujourd’hui juste à cette frontière.

A l’avenir, les machines n’auront plus seulement pour force motrice de l’eau ou de la vapeur, mais aussi une force spirituelle, une moralité spirituelle » (Die Tempellegende… Dornach 1982, 20è conférence).

Cependant Steiner affirmait que de telles machines ne fonctionneraient qu’avec  : les vibrations nerveuses d' »hommes moraux » pass[a]nt dans la machine, sinon… »les conquêtes physiques auront un effet destructeur« .

L’étude que je cite commente : Pour Steiner , « La première [des facultés à développer] est celle qu’on appelle l’occultisme matériel. Grâce à elle, et c’est là justement l’idéal des sociétés secrètes britanniques, certaines formes sociales qui sont aujourd’hui le fondement de l’industrialisation reposeront sur de tout autres bases. Dans ce milieu occulte, tout membre qui est au courant sait qu’il est possible, simplement grâce à certaines facultés qui aujourd’hui encore sont latentes mais se développeront chez l’être humain, de mettre en mouvement, sur une vaste échelle, des machines, des installations mécaniques et d’autres choses, en vertu de la loi des oscillations consonantes »

Il s’agit, dit-il,  de mystères encore cachés dans des cercles occultes  c’est ce qui leur donnera la suprématie sur le reste de la population terrestre :  » Il existe des moteurs qui, parce qu’on connaît la courbe d’oscillation correspondante, peuvent être mis en activité, en marche, par une infime influence humaine. […] Mais si ce que j’appelle maintenant devant vous occultisme mécanique pénètre dans le domaine de l’efficacité pratique, ce qui représente l’idéal visé par ces centres occultes, ce n’est pas seulement le travail de cinq ou six cents millions d’êtres humains qu’on pourra produire, mais celui de mille millions d’êtres humains et plus encore. Il en résultera que, dans les territoires de population anglophone, les NEUF DIXIÈMES DU TRAVAIL HUMAIN DEVIENDRONT INUTILES« .

Car le pouvoir en question permettra aussi  de paralyser tout mouvement rebelle de la masse humaine rendue insatisfaite. Steiner y croyait tellement qu’il introduisit un tel engin (baptisé par lui appareil de Strader) dans une de ses pièces de théâtre dits « mystères » : en voici le croquis, livré par le Maître :

appareil de Stader.jpg

Le fameux  Ehrenfeld Pfeiffer (Mais oui ! celui de la Biodynamie, réédité chez …Actes–Sud) précise aussi à propos des recherches entreprises à Dornach: « Ces machines vibratoires éthériques ne pouvaient et ne devaient être manipulées que par des êtres humains dotés d’une certaine morale, non pas égoïste, mais altruiste, à défaut de quoi se produirait une perturbation destructrice« . Ces réserves se retrouvent aussi chez la théosophe Blavatsky : « Cette découverte, dans son intégralité, est prématurée de plusieurs millénaires ; nous devrions dire : centaines de millénaires. Elle trouvera sa place spécifique à l’époque qui lui convient quand le flot déchaîné de la famine, de la misère, quand le travail sous rémunéré reculeront, comme ce sera le cas lorsque les justes demandes de la foule seront enfin prises en compte de façon heureuse, lorsque l’existence du prolétariat deviendra plus qu’un simple vocable et que se tairont les cris de lamentation qui réclament du pain et résonnent aujourd’hui dans le monde sans être considérés. »

De même « Et une science spirituelle qui s’oriente elle-même vers la dimension cosmique aura à veiller à ce que toutes les grandes tentations qui partiront de ces animaux machines que l’homme produira lui-même n’exercent pas sur les hommes d’influences nocives. » (Steiner 25 novembre 1917).

ET ICI LES CHOSES SE PRÉCISENT Des forces encore inconnues vont être découvertes dans la nature humaine, des forces qui agissent sur les forces électriques et magnétiques extérieures. C’est le premier problème : la réunion de l’homme et du mécanisme, et il devra prendre toujours plus d’ampleur à l’avenir. » CAR LES INTERPRÉTATIONS DIVERGENT :  » Selon son article de 1997 déjà mentionné, dans Die Europäer, il apparaît que Paul Emberson, à la tête de l’ANTHRO-TECH, n’est pas de cet avis. Il voit au contraire dans ces indications concernant les forces de la nature humaine agissant sur les forces électriques et magnétiques une mise en garde de Rudolf Steiner face à l’électronique numérique« .

Il faut, dit Steiner,  que les humains en viennent à voir, au moyen de leur âme de conscience uniquement, par leur pensée consciente, comment les anges s’y prennent pour préparer l’avenir de l’humanité.FAUTE DE QUOI…« Là réside le grand danger qui menace l’ère de la conscience. C’est l’événement qui pourrait encore se produire si les humains ne voulaient pas s’orienter vers la vie spirituelle au début du troisième millénaire. Un court délai nous sépare encore de ce troisième millénaire qui, on le sait, commencera en l’an 2000. Il pourrait encore arriver que, plutôt qu’avec l’homme éveillé, ce soit avec les corps endormis que doive être obtenu ce que les anges doivent atteindre par leur travail. [ALORS CE SERAIT CATASTROPHIQUE] On apprendra précisément par cette voie à connaître instinctivement comment diriger spirituellement la machine, le mécanisme, et toute la technique glissera ainsi vers des orientations néfastes. Mais ces orientations affreuses serviront fort bien l’égoïsme de l’homme, et seront appréciées. » (9 octobre 1918).

ICI INTERVIENT ENCORE PFEIFFER  (Mais oui! le Pfeiffer d’Actes-Sud !)

Dans sa conférence du 1er octobre 1958 à Dornach. « Il relata de la façon suivante une série d’entretiens qu’il mena avec Rudolf Steiner à propos de travaux expérimentaux auxquels il participa : il fut demandé à Rudolf Steiner s’il était déjà possible aujourd’hui de faire usage de forces formatrices éthériques en laboratoire et à des fins techniques. —« …il s’agit tout d’abord de trouver une réaction impliquant les forces formatrices éthériques. (j’abrège : réactions de phénomènes électriques ou lumineux, ou de paramécies comme indicateur). En outre, il serait par exemple possible d’obtenir de l’éther de vie par la mort d’animaux placés dans des récipients sous vide. L’éther de vie pourrait être extrait avec l’esprit-de-vin. »

Finalement sept éthers sont mentionnés, Rudolf Steiner déclara qu’il n’était actuellement permis de faire des communications qu’à propos des quatre premiers. Une connaissance prématurée et un mésusage des trois autres pourraient conduire aux plus grandes catastrophes. Steiner constata que Pfeiffer n’avait pas réellement mis en évidence les forces éthériques : Pfeiffer lui demanda quand le temps serait venu. Rudolf Steiner répondit : lorsque la tri-articulation et la pédagogie de l’école Waldorf seraient réalisées dans la pratique et que l’humanité aurait adopté une autre constitution morale. Jusque-là, ces études ne pourraient et ne devaient être conduites que dans le plus grand isolement et une confidentialité absolue. Rudolf Steiner mentionna pour terminer que les expériences électromagnétiques devraient mieux réussir en Amérique car il y aurait là-bas une concentration plus importante des forces magnétiques. Ces essais devraient être réalisés là-bas.

ET VOILA LE SOUPÇON FORMULÉ PAR LES ORTHODOXES DU GŒTHEANUM ! « Nous pouvons nous demander si la fondation d’Anthro-Tech [fondé par le Gœtheanum !] en 1989-90, qui s’est donné pour objectif de conduire précisément des recherches sur cette technique novatrice, est compatible avec les indications de Rudolf Steiner selon lesquelles de telles recherches ne rencontreraient aucun succès avant que les conditions sociales se soient transformées et que, si l’on menait malgré tout de telles recherches, elles ne devraient s’accomplir que dans la confidentialité la plus totale.« 

LA DÉFENSE DES CHERCHEURS D’ANTHRO-TECH s’appuie sur une phrase controversée de Steiner, selon laquelle il dépendrait du fait que, dans [leurs] cercles, la machine de Strader soit inventée dans les 20 prochaines années, car sinon une contre-image ahrimanienne se développerait qui ne servirait que des fins destructrices. » IL Y AVAIT DONC URGENCE. JE VOUS FAIT GRÂCE DE L’INTERMINABLE POLÉMIQUE SUR LA VÉRACITÉ ET LA DATE DE CETTE PHRASE. Côté orthodoxe on dit « s’étonner du fait que Rudolf Steiner ait d’un côté espéré que la machine de Strader fût inventée dans un laps de temps de 20 ans, et de l’autre recommandé à E. Pfeiffer de ne pas poursuivre ses recherches en direction d’une technologie de l’éther. »

POUR ESSAYER DE RÉSUMER, (et j’ai du mérite!) il y a -au moins– deux points séparant les chercheurs de l’Anthro-Tech des orthodoxes du Gœtheanum : 1. leur domaine de travail d’une part et d’autre part, 2. leur vision de la catastrophe à venir.

 I. LEUR DOMAINE DE TRAVAIL  : machine de Keely, ou Harmogyra ?

« le groupe de Emberson aurait abandonné les recherches sur la machine de Keely : En 2007, « deux principaux domaines de recherche d’Anthro-Tech sont énoncés : il s’agit, pour le premier, de l’étude des travaux de John Worrell Keely et, pour le deuxième, de la poursuite du développement d’un mécanisme appelé Harmogyra qui exécute une rotation simultanée dans les trois axes de l’espace. Selon l’auteur, il s’agirait pour ce deuxième domaine de la réalisation d’une proposition de Rudolf Steiner dont la source n’est malheureusement pas dévoilée. Quant aux recherches liées aux travaux de Keely, il y est mentionné que le travail devrait se poursuivre aussi bien au niveau des mécanismes techniques correspondants, qu’au niveau de la formation des capacités désignées sous l’appellation d’ « occultisme mécanique ». L’exposé se poursuit de manière détaillée et nous ne pouvons le résumer ici que grossièrement. Nous nous le permettons car, d’après les déclarations d’Anthro-Tech, les recherches autour de Keely ne purent être poursuivies.« 

Emberson se défend et cite d’autres sources justifiant son travail (Publié le ) : « L’enjeu considérable de cette technique est attesté par le fait que la NASA s’est intéressée à cette question. Ces dernières années, plusieurs symptômes ont montré que le sujet avait désormais une dimension publique et que chacun pouvait se sentir concerné : en octobre 1989, par exemple, a eu lieu à Einsiedeln, à l’initiative de la S.A.F.E. (Schweizerische Arbeitsgemeinschaft für Energie), un congrès rassemblant mille scientifiques, ingénieurs, techniciens et industriels sur le thème de « l’utilisation des énergies libres ». Lors de cette manifestations furent montrés des travaux sur une machine californienne (dénommée « N-machine ») qui fonctionnerait en résonance avec l’éther cosmique, avec un rendement surprenant (mais indépendant de celui qui la met en marche). Un Indien, M. Malavi, a confirmé l’intérêt de son gouvernement pour ces travaux sur l’énergie éthérique (rappelons que l’exemple du moteur de Keely a été mis en évidence en 1888 par H.P. Blavatsky, dont le lien avec la spiritualité hindoue est évident). »

« Depuis le début de 2009, les participants à nos séminaires en Suisse ont pu voir fonctionner la nouvelle Harmogyra variable. La fréquence d’oscillation (ou de rotation) de chacun des trois axes de l’espace est réglable séparément, de sorte que des « accords d’oscillation » équivalents aux accords musicaux de trois notes de n’importe quel mode ou système d’intervalles puissent être produits, à l’intérieur d’une certaine plage. Ces accords d’oscillation suscitent des vibrations éthériques sympathiques dans le système rythmique de celui ou de celle qui observe, qui sont ressentis le plus fréquemment comme une sensation perçue clairement (quelquefois un sentiment de libération [!]) dans la région du cœur et des poumons.

HARMOGYRA

« À ce jour, cette interaction entre les oscillations humaines et mécaniques ne peut être démontrée que dans une seule direction, bien qu’en réalité elle se passe dans les deux sens. (l’humain influence la machine, ce serait la réalité, mais…indémontrable, si j’ai bien compris ) Lorsque nous en serons arrivés au stade où la direction inverse pourra être démontrée et contrôlée, un des principes les plus importants de fonctionnement de la Technique Morale aura été maîtrisé. »

AUSSI UNE QUESTION DE GROS SOUS ! Emberson :—« Comme nous l’avons déjà dit dans les dernières publications, nous ne parlons de ce domaine de notre recherche qu’avec une certaine retenue car il s’agit de choses d’une portée considérable. La concision de ce rapport est donc voulue. Il est trop tôt pour en dire plus. »
—-L’enquêteur : »Ce manque de disponibilité d’Anthro-Tech pour rendre compte de ses activités est problématique, particulièrement lorsque des fonds de soutien aux recherches sont demandés. À notre requête, l’ancien président du conseil d’administration de la société Weleda, Martin Schüpbach, nous a appris qu’il avait eu affaire à Paul Emberson lorsqu’il était également président du groupe de recherche de Weleda. L’impression qu’il a gardé du caractère scientifique de son travail est loin d’être positive » Du coup Weleda coupe les fonds, mais les ANTHRO-TECH se tournent alors vers WELEDA FRANCE ! « Cela continua encore un an de la sorte, puis nous avons fait une croix dessus et la direction pharmaceutique française dut admettre que j’avais eu raison ».

La conclusion de l’enquête du Goetheanum est sans ambigûité :« Vous avez déjà saisi, à travers mon exposé, que je considère Emberson comme un « tricheur » qui produit constamment autour de lui des vapeurs ésotériques (?) et utilise celles-ci pour vivre confortablement de l’argent de ses adeptes. (on voit ci-dessous son Château d’Écosse !) […] Plus tard, après ce contact de Weleda avec Emberson, j’appris au cours d’un entretien avec le Dr Georg Unger sur les projets de recherches qu’il partageait mon opinion et s’irritait fortement que tant d’argent « anthroposophique » pour la recherche puisse se perdre de la sorte ». (mais pas perdu pour tout le monde !)

Chateau EMBERSON

Mais il n’est pas question d’escroquerie à poursuivre : vous les voyez appeler la justice à mettre son nez dans cette pétaudière ?

II. LA VISION DE LA CATASTROPHE À VENIR, causée par l’informatique

Cette partie de mon enquête est la plus difficile, car les deux protagonistes se livrent à deux  exégèses contradictoires des paroles de Steiner. Emberson est cité à partir de ses publications, où il cite Steiner, mais sans donner la référence exacte, comme ici : »

« À la page 13 [11], Paul Emberson suggère une vision terrifiante où, d’ici 2060, l’homme se rendra toujours plus dépendant des ordinateurs et des machines, à tel point que la pensée humaine – et il se réfère ici à Rudolf Steiner – sera bannie à l’échelle mondiale d’ici 2200. Malgré l’absence de source, écrit le rapport du Goetheanum, nous sommes parvenus à retrouver le passage correspondant dans la conférence du 4 avril 1916 … » (L’enquêteur cite l’article suivant, p.13 : Paul Emberson, John Worrell Keely und die moralische Technik der Zukunft, in Der Europäer, avril 1997 (non traduit).

Et je ne suis pas sûr que ce débat d’exégètes occultistes intéresse mes lecteurs. Je vais donc résumer à grand traits ceux qui opposent le Goetheanum à Emberson. Certes Steiner prévoyait le pire pour l’avenir, comme par exemple à propos des joueurs du Web  (conférence de Steiner du 4 avril 1916 ) : « « Oui, à travers la magie du Web, dans lequel le Démon solaire s’incorpore, les joueurs acquerront la clairvoyance – mais pas la connaissance objective, universellement vraie, du monde suprasensible. Ils auront des visions personnalisées, déformées, des mondes surnaturels, qui sont aussi spirituels. Ils acquerront une connaissance étendue des choses spirituelles, mais ce sera une connaissance mensongère. La vérité sera perdue pour une grande partie de l’humanité. » »

Là dessus Emberson en rajoute : »À la page 10 [9], Paul Emberson décrit ce qui attend, selon lui, les joueurs rompus aux jeux vidéo après leur mort. Il affirme en premier lieu que Rudolf Steiner aurait dit que les âmes défuntes, par le biais de technologies déviant de la technique morale, seraient violemment insérées dans des machines dotées d’intelligence artificielle. Il n’indique malheureusement pas où trouver cette déclaration de Rudolf Steiner. Paul Emberson craint qu’un tel destin soit désormais le lot des joueurs dont les âmes resteraient dans le domaine terrestre après la mort, en raison d’un lien trop fort avec leurs personnages de jeu enregistrés sur Internet : « Lorsque le corps mourra, l’âme restera dans les champs électromagnétiques de la sphère terrestre, attachée à son avatar dans les banques de données du World Wide Web. »

On ressent, de la part de l’enquêteur du Goetheanum, le désir de ne pas trop choquer les adeptes, afin d’éviter toute scission plus ou moins schismatique, devant les craintes (issues d’autosuggestion ?) d’Emberson sur les effets de l’électricité , du magnétisme et de l’informatique :  » Nous ressentons par ailleurs un besoin de clarification en ce qui concerne les effets des champs électromagnétiques sur l’homme. Nous touchons certainement ici un thème qu’il n’est pas possible de traiter de façon superficielle. Il a été démontré sans ambiguïté que la matière, donc les tissus humains aussi, se réchauffe au sein de champs ondulatoires électromagnétiques. Il n’est donc pas possible d’affirmer que ces derniers n’ont aucun effet sur l’homme. Si l’on se penche cependant sur la nature des effets que ces champs produisent sur les sentiments et les pensées ou sur la santé et la mentalité, nous tombons vite dans un domaine où il est très difficile de distinguer l’objectif du subjectif, voire de l’autosuggestion ».

Force lui est de reconnaître que Steiner a bien dit qu’un « double ahrimanien », s’introduit juste avant la naissance dans notre corps : « Ces entités qui vivent leur vie du fait qu’elles utilisent les hommes eux-mêmes pour pouvoir exister dans la sphère où elles veulent se trouver, ont une intelligence exceptionnellement élevée et une volonté très fortement développée, mais aucune sensibilité, aucune humanité ; elles n’ont pas les forces du cœur humain. – Et nous traversons ainsi la vie en ayant notre âme et un tel double, qui est plus intelligent, beaucoup plus intelligent que nous, mais qui a une intelligence méphistophélique, une intelligence ahrimanienne, et en plus, une volonté ahrimanienne, une volonté très forte, une volonté qui est beaucoup plus proche des forces de la nature que notre volonté humaine, laquelle est régulée par notre cœur.(…) Mais lorsque les chercheurs croient que la force nerveuse qui fait partie de nous, qui est la base de notre vie mentale, a quoi que ce soit à voir avec des courants électriques, ils ont tort ».

Emberson surenchérit dans le maléfice : « Le détournement de la technique (mentionné dans mon article principal) qui a conduit au développement de l’électronique moderne n’a pas été fait dans l’intérêt de l’humanité. Nous entrevoyons ici une des réalités occulte les plus bouleversantes de notre époque. L’ordinateur, autrement dit le cerveau électronique, n’a pas été inventé pour l’homme mais pour le double ahrimanien en nous. Ahriman a donc trompé l’humanité par ruse diabolique.» (*)

(*) voir à ce sujet le témoignage de Grégoire PERRA, ancien élève d’une école Steiner-Waldorf, où l’informatique était presque bannie.

Gêné devant un exégète visiblement très fort, l’enquêteur orthodoxe du Goetheanum marche sur des œufs : « Que les ordinateurs, comme toute technologie, relèvent d’inspirations venant d’Ahriman, cela est généralement admis et incontesté, en particulier si l’on se réfère aux déclarations de Rudolf Steiner que nous produirons plus loin. (…) C’est une éventualité qui mérite d’être prise en considération.(…) « Dans les déclarations de Rudolf Steiner il n’est pas toujours question de dommages durables causés à l’organisme, mais souvent de la perturbation des vibrations humaines par les oscillation induites. » Du coup un doute s’insinue chez l’orthodoxe, le Maître a bien aussi écrit qu’avant l’électricité le penseur qui abordait la Nature [avait] la liberté de penser le spirituel, au moins abstraitement, au sein de la Nature… Mais l’électricité a atteint les nerfs de l’homme moderne et elle a chassé des nerfs toute orientation vers le spirituel. » Et aussi : « « L’électricité doit être reconnue dans sa force, qui consiste à conduire de la nature à la sous-nature. L’être humain ne doit pas être entraîné dans cette descente. »

Pourtant, l’enquêteur hésite encore « On peut se demander ici si Rudolf Steiner a effectivement parlé d’un effet direct de l’électricité sur les nerfs, rendant un penser intuitif ou méditatif impossible ».

Carrément, de son côté, Emberson propose SA SOLUTION devant un tel danger de disparition du « penser intuitif » : » cela n’est possible qu’à travers la nouvelle forme de chemin initiatique [en se retirant du monde] et en évitant l’électronique moderne. »

MAIS LE GŒTHEANUM REFUSE CE RETRAIT DU MONDE MODERNE, (il y a peut-être quelques intérêts ?) « Rudolf Steiner nous met au défi. D’une part il indiqua clairement que la technique fait obstacle sur le chemin d’évolution prévu pour l’homme, et d’autre part il ne s’est pas lassé de souligner que l’on ne pouvait, ni ne devait se soustraire à ces évolutions culturelles ». De toute façon le méchant Ahriman, et tous les êtres élémentaires nous rattraperont :« tout ce que l’homme accomplit dans ce domaine se fait sous l’influence d’esprits élémentaires, qui agissent et collaborent en tous lieux. Dans ce domaine, ce n’est pas l’homme seul qui mène, il est mené.(…)

« Si l’on prend ces déclarations de Rudolf Steiner au sérieux, on ne peut que se sentir face à des tâches en apparence inconciliables : il nous faut d’un côté être conscient que tous les progrès techniques de l’humanité, par la nature des entités qui les inspirent et qui agissent à travers eux, ne peuvent pas s’avérer salutaires pour le bien des hommes, mais conduiront à une grande catastrophe mondiale, même si celle-ci ne survient que dans plusieurs millénaires. Et c’est pourtant ce qui doit justement se passer, car il s’agit d’une loi d’airain dans le cours de l’évolution du monde. »

En conclusion , Emberson se retire et fuit l’informatique, le Gœthéanum reste dans le monde, et résiste spirituellement : » Et c’est justement en accueillant par la connaissance cette spiritualité à laquelle les puissances ahrimaniennes n’ont aucun accès, que l’être humain sera renforcé pour faire face à Ahriman dans le monde. »

LES POSITIONS SONT INCONCILIABLES : EMBERSON A CRÉÉ SON PROPRE CENTRE DE RECHERCHE EN SON CHÂTEAU D’ÉCOSSE, le Center for Moral Technology », (mais sans l’informatique !).

DÉCOUVRIRA-T- IL LE MOTEUR SPIRITUEL ?

L’ESCROQUERIE VA-T-ELLE RÉUSSIR ?

Car Paul Emberson persévère dans sa « charity »!

voilà dans quel genre de pétaudière de cinglés notre Ministre de la Culture paraît s’avancer inconsciemment !

Le Directeur de son école « du Domaine des Possibles » est M. Dahan, anthroposophe, et ex-Délégué général de la Fédération Steiner-Waldorf en France, et parmi les personnes sources de l’Université (privée) qui y est adjointe, on trouve Jean-Michel FLORIN,  depuis 2010, codirecteur de la Section d’Agriculture de l’Université libre de science spirituelle du Gœtheanum (Dornach- Suisse), qui est le centre même de la sphère anthroposophique. Et les élèvent y dansent sur l’Eurythmie de R. Steiner, et reçoivent des cours en « formation de la pensée« , et en « culture de la vie intérieure«  d’anthroposphes de haut niveau comme Isis et Bodo von Plato Voir cet article. et aussi celui-ci.

cours pensée vie intérieure von Plato.jpg

____________________________________________________________________________________

 Et on lira aussi, dans la revue scientifique « PROGRESSISTES », N°17 p. 36 à 38, que l’illusion anthroposophique ne trompe pas tous les média !

le charlatanisme à la culture

 

 

 

 

Laisser un commentaire