DE LA BIODYNAMIE MAGIQUE À LA GÉOBIOLOGIE PSEUDO-SCIENTIFIQUE

 

vue châtreau Ferran

sommaire

Le vigneron biodynamiste convaincu, qui parle ci-dessus, évoque une émission de la Chaîne M6 « Enquêtes extraordinaires » (1.74 millions de téléspectateurs sur M6 le 21 aout 2013).

Cet article vous montrera les effets catastrophiques d’une anthroposophie qui n’a de cesse de promouvoir « un nouveau paradigme », où la science officielle est remplacée par un nouveau mode connaissance, « permettant d’accéder à des plans plus subtils » (J-M. Florin), et qui se dit inspiré de Goethe.

Grand poète, certes mais scientifique dépassé, dont la théorie des couleurs ferait rire un (bon) élève de 3ème. Véhiculé par l’inconscience anthroposophique cela donne ceci : « Les sens ne trompent pas, c’est le jugement qui trompe. »  « L’homme est suffisamment équipé pour tous les vrais besoins terrestres, s’il fait confiance à ses sens et les développe de manière telle qu’ils restent dignes de confiance ». « L’homme en lui-même, dans la mesure où il fait usage de ses sens sains, est l’appareil physique le plus grand et le plus exact qui puisse exister… ».

Ce que le MABD actualise ainsi « En effet, on parle souvent d’illusion des sens, mais en fait c’est la pensée, le jugement, qui se laissent tromper, pas les sens » (MABD = Mouvement d’Agriculture BioDynamique).

Pour lui, (*) la science ne donne plus d’images exactes de la réalité, mais seulement interprétée par des machines. On « laisse donc tomber tomber toutes les machines. Et TOUT LE MONDE EST AU MÊME NIVEAU, là y a pas celui qui peut faire des études fantastiques, qui fait l’expert, et qui vous dit oui mais, moi avec MA science, j’ai trouvé ça et vous, vous êtes des pauvres pékins, vous avez pas le gros mathos, vous pouvez-pas être scientifiques ! C’est pas vrai : une autre science est tout à fait possible ».

( *) J.-M. Florin, qui est codirecteur de la Section d’Agriculture de l’Université libre de science spirituelle du Gœtheanum ,le centre mondial de l’anthroposophie (à Dornach- Suisse). En outre, il est coordinateur du Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique, formateur, conférencier, écrivain et également co-rédacteur de la revue Biodynamis. Il est à la source de ‘l’université » ouverte à l’influence anthroposophique par notre Ministre de la Culture, voué à favoriser l’agro-écologie, dont la biodynamie.

M. Florin, je vous accuse avec tous les anthroposophes, d’une grande responsabilité dans le dérapage actuel de tant de malheureux — oui « les pauvres pékins« — parce que vous les conduisez à se laisser abuser par les pseudo-sciences.

Vous n’êtes,certes, pas le seul responsable : trop de professionnels scientifiques ont perdu toute crédibilité en prostituant  littéralement leurs compétences  aux puissances financières.

Il n’est pas de jours où l’on ne nous annonce telle ou telle pollution issue du monde industriel (amiante), alimentaire (laits infantiles ou lasagnes), automobile (logiciels masquant les atteintes environnementales), pharmaceutique (hormone de croissance et tant d’autres cas), ou nucléaire (cuve fissurée) : Pollutions dangereuses pour le public mais allégrement acceptées, masquées, négligées, par les cadres sachants des entreprises. Au motif qu’ils sont payés pour se taire, sans doute ? La situation est devenue telle qu’en France une loi protégeant les lanceurs d’alerte a été mise en place sans guère d’opposition, à titre de protection d’une société qui se reconnaît trahie par ceux qu’elle avait éduqués au savoir, mais non à la conscience. Trop tard peut-être pour que de vrais courageux parviennent à réhabiliter le travail scientifique. Mais je n’oublie pas non plus le rôle d’une presse si rapidement prête à dénoncer les acquis scientifiques, en omettant les responsabilités individuelles de ceux qui les mettent en œuvre !

Dès lors le « pauvre pékin » se croit autorisé à ne plus faire confiance qu’à ses sens, « l’appareil physique le plus grand et le plus exact qui puisse exister« . Point n’est besoin de méthode entretenant le triste doute  scientifique, obligé de recourir à des statistiques, qui interpréteront, par exemple, la comparaison entre deux traitements, en traquant l’intervention du hasard  ! Mais non, la simple impression sur mes sens suffira à asseoir ma conviction…Et qu’ai-je besoin de faire appel à un organisme tiers, extérieur à l’expérience, comme si je doutais des  observations de mes sens, ces merveilleux appareils ?

Les effets des planètes, ça se ressent, Monsieur, la justification du mijotage de certaines plantes dans des organes animaux, ça ne pose pas de question : Steiner avait senti avant nous leur « trans-substanciation »  alchimique,  et chacun peut la vérifier, n’est-ce pas, surtout au milieu d’un groupe de « fidèles » ?

À prétendre capter des « énergies » jamais définies, et des forces cosmiques inconnues, à y assimiler des « êtres élémentaires » imaginaires, tout en attribuant des effets de radiation aux préparations biodynamiques, sans aucunement, depuis un siècle, apporter la moindre preuve scientifique incontestable de leur intérêt, vous avez entraîné cet enfumage généralisé, qui a stupéfait jusqu’à la Revue des Vins de France, qui titre « les sorciers de la planète vin », sous la signature de Benoist Simmat, à laquelle j’emprunte l’essentiel des informations suivantes :

« Dolmens, menhirs, eau de Lourdes, nombre d’or, fluides… des vignerons plongent dans les sciences occultes et les énergies invisibles pour atteindre l’alchimie vinique la plus aboutie. »

Jean-Pierre Amoreau est peut-être aujourd’hui le vigneron français le plus connu au Japon. Depuis que le manga Les Gouttes de Dieu a qualifié son Château Le Puy 2003 de “treizième apôtre”, sorte de meilleur vin au monde, l’homme y fait l’objet d’un véritable culte. Mais en France, c’est surtout dans le milieu ésotérique qu’il est renommé. Son domaine recèle un vestige mégalithique.

« Cette construction, élevée en 3 500 ans avant J.-C., est capable d’attirer les énergies cosmiques, les concentre et les diffuse. Nous lui attribuons le bouquet marqué du Château Le Puy ». Il espère même obtenir l’AOC des vins ainsi marqués du ciel.

Et sans rire le vignerons apporte, comme preuve d’une action cosmique portant jusqu’à 900m, le fait qu’à 4km de là le vin est différent ! C’est lui qui déclare que réfuter la biodynamie c’est réfuter Einstein (interview  sur « Tellement Soif », 10/12/207, accès payant): « la biodynamie c’est l’énergie, et Einstein définit l’énergie avec sa fameuse formule (…) Nous sommes absolument convaincus que c’est un (élément)…scientifique pas suffisamment expliqué, c’est pour ça que les gens croient que c’est une croyance, non non c’est pas une croyance c’est scientifique« 

Aux Baux de Provence, le Château Romanin a bâti son chai selon des unités supposées être … les coudées des Pyramides de Khéops. Dans la Drôme, la famille Viret, adepte de la « Cosmoculture » a élevé un réseau de pierres levées « constituant des capteurs d’énergies« , et leur chai est protégé par un quartz et un filet d’eau « à forte vitalité« .

Viret cosmobio

A Savennières, Nicolas Joly joue une note la « devant (s)es fûts pendant un quart d’heure tous les jours« . Et il a fait barrage aux effets du TGV voisin, en édifiant deux roches reliées par un menhir d’une tonne gravé de formes « protectrices ».

« Difficile de trouver les mots pour évoquer (son )vin. On est au cœur de ce que la biodynamie offre de mieux. Le domaine est à lui seul une AOC (de 7 ha) que Nicolas Joly magnifie. Ce chenin, en sélection massale, offre un équilibre parfait entre minéralité, tension et rondeur. N’hésitez pas à casser la tirelire pour une expérience unique. 60 €. Soyez plus fous et osez le somptueux 2007 (95 €), des fruits mûrs, du coing… » (Le Monde 26 janvier 18). Comme quoi, on peut être excellent vigneron et dérailler du rationnel…Pub gratuite.

Pour Nicolas Joly «  les premiers fondamentaux sont les ondes : dans la vie tout est vibration « . Cela sera-t-il au programme de l’école-atelier anthroposophique envisagée à Angers avec son épouse Coraly ? (Ouest-France 11/06/0215) Sans craindre le délire apocalyptique, (voir notre page « jusqu’où peut aller la biodynamie »),  il prêche en tous lieux la menace de l’inversion de polarité magnétique que subira immanquablement notre terre, soumise aux milliers de satellites, qui tressent un réseau maléfique où Steiner avait vu d’immenses toiles d’araignées. Car il a le remède à la catastrophe : l’intensification d’une biodynamie qui ne serait pas un ensemble de recettes, mais vraiment spirituelle, c’est-à-dire s’appuyant sur les êtres élémentaires décrits par l’anthroposophie, elfes, gnomes et autres salamandres.

Naturellement tout cela fait les affaires d’un Michel Cometto, radiesthésiste, géobiologiste, l’un de ces “sorciers du vin”, de plus en plus sollicité dans le vignoble à mesure que progressent les conversions à de meilleures pratiques culturales. Son client le plus fameux fut Alain Vauthier, père d’un des plus grands vins du monde : Château Ausone, à Saint-Émilion.(près  de 650 euros pour le millésime 2014) à Saint-Émilion. Pour lui, Cometto a “repolarisé” les énergies d’une petite chapelle qui jouxtait une parcelle importante. « à ce niveau-là, c’est de la très haute couture ».

Le grand Chapoutier qui, depuis deux cents ans dans la vallée du Rhône, et aujourd’hui aussi en Roussillon et en Australie, produit les plus grands vins : Hermitage, Côte Rôtie, Chateauneuf du Pape, Saint-Joseph, Crozes Hermitage, Luberon se répand en conférences sur les ondes de forme et les ondes cosmiques et telluriques :

« La cuve béton est cube, la cuve inox comme la cuve bois est cylindre. Le fût est un œuf, mais un œuf horizontal. Le fût est plutôt destiné à la post fermentation. Steiner s’est intéressé aux ondes de formes, une de ses phrases m’avait interpellé : Qu’on puisse élaborer des formes qui sont vues de manière purement intérieure, indépendantes des formes externes, m’emplit d’un sentiment profond de contentement. J’avais rencontré un chercheur canadien qui était aussi un client et m’avait parlé des dômes des mosquées. Le choix de leur forme ne tenait pas du hasard mais avait pour but d’emprisonner les ondes cosmiques et ainsi de maintien le froid à l’intérieur de la moquée.« 

  Ondes cosmiques et telluriques  « Les ondes cosmiques sont extrêmement courtes. On est dans des proportions atomiques. Plus la longueur est courte, plus l’onde est pénétrante, plus la fréquence augmente et donc plus l’oscillation devient énergétique. Les ondes telluriques ont un effet dynamo et un effet induction. Ce sont des quantités énormes qui vont remonter  dans le sol à travers des failles. De tous temps, on a tenu compte des points forts et des points faibles pour construire les pyramides, les cathédrales. »

Et tant d’autres … perdant tout bon sens, jusqu’à laisser le géobiologiste enterrer dans le vignoble des flacons d’eau de Lourdes, « chargée en énergie positive sous l’effet des prières des pèlerins », comme le fit Guillaume de Castelnau, du Château des Jacques en Beaujolais.

JE VOUS LAISSE À VOTRE BON SENS !

 

 

 

Laisser un commentaire