Mécanismes de l’EMPRISE MENTALE de la biodynamie, dite « science spirituelle »

sommaire

LES ÉTAPES : inquiéter …en coupant les références habituelles–Séduire et rassurer : le « corollaire structurant »–son mental déstabilisé, l’adepte prend ses fantasmes pour la réalité (et les vessies pour des lanternes )–La confusion des esprits n’a pas atteint le bon sens financier : l’anthroposophie commence à s’implanter par infiltration des organismes publics avec beaucoup d’astuce.

 

SCIENCE OU SPIRITUALITÉ… c’est selon ! comme la chauve-souris du bon La Fontaine :

N’êtes-vous pas Souris ? Parlez sans fiction .la chauve-souris
Oui vous l’êtes, ou bien je ne suis pas Belette.
Pardonnez-moi, dit la Pauvrette,
Ce n’est pas ma profession.
Moi Souris ! Des méchants vous ont dit ces nouvelles :
Grâce à l’Auteur de l’univers,
Je suis Oiseau : voyez mes ailes ;
Vive la gent qui fend les airs !
Sa raison plut, et sembla bonne.
Elle fait si bien qu’on lui donne
Liberté de se retirer.
Deux jours après, notre étourdie

Aveuglément se va fourrer
Chez une autre Belette aux Oiseaux ennemie.(…)
Moi pour telle passer ! vous n’y regardez pas :
Qui fait l’oiseau ? C’est le plumage.                                   Illustration de Grandville

Je suis Souris : vivent les Rats (…)

 

Première Étape : inquiéter …en coupant les références habituelles

Écoutons M. J-M Florin, qui est codirecteur de la Section d’Agriculture de l’Université libre de science spirituelle du Gœtheanum (Dornach- Suisse), le centre même de la sphère anthroposophique. C’est lui aussi qui a répondu à Michel Onfray, dont le livre « Cosmos » avait moqué la viticulture biodynamique et ridiculisé le « fumier spirituel » des anthroposophes. Il a préfacé la ré-édition de Pfeiffer (Éditions  Actes Sud), et est à la source de l’université crée par Mme Nyssen, ministre de la Culture pour diffuser la biodynamie au titre de l’agro-écologie :

A L’AIDE ! Qu’est-ce qu’on nous a fait ? ON a coupé tous nos liens, nous sommes perdus, par notre  isolement du haut du tracteur, et par le séquençage du travail avec les animaux. Depuis un siècle tout a été fait pour nous couper complétement du lien qu’on devrait avoir avec les plantes, la terre, et les animaux..

Impossible de faire confiance à la science, elle ne nous donne qu’une vision altérée du monde : Prenez une revue scientifique  on voit ne plus que des modèles, d’atomes, d’ADN : « tout ça c’est du pipo, c’est des simplifications de la réalité »,

Les conspirations nous menacent « La crise du phylloxera a été une aubaine pour pas mal  de gens : c’était la 1ère étape de ce  que font les OGM aujourd’hui : une occasion de dire « on arrache tout » même celles encore saines, parce qu’il y avait des marchands de bois. beaucoup de biznesss à faire. De même les OGM c’est pour pouvoir breveter la plante, point final ».

De même l’emballement pour les engrais azotés était dû à l’abondance de dérivés azotés destinés aux explosifs, et que, la guerre finie, il fallait recycler !

La teneur en URANIUM des sols, due à l’emploi d’engrais phosphorés, a augmenté : Que faire ?

LE PAYSAN EST PERDU, ET LA TERRE MORTE…

Pour Bourguignon la terre est morte vie et mort des sols vie et mort des sols

SANS CRAINDRE LES EXCÈS DE LANGAGE :

l'agriculture du génocide

Après le catastrophisme du maître français incontesté J-M FLorin, des disciples encore plus médiatiques enfoncent le clou, comme Nicolas JOLY  pour lequel les satellites-qui seraient les « araignées » de Steiner- coupent l’alimentation de la terre en vie cosmique. (mais  les préparations 500 à 507 sont de petits soleils qui sauveront la situation !)

Sinon, lassée, la terre pour se régénérer, finira par inverser ses pôles magnétiques au grand dommage de nos cellules, qui sont aussi polarisées.

Il s’agit du combat entre les deux démons, Lucifer et Ahriman, lutte sans fin dans laquelle nous sommes assistés par Michael : voilà ce qui sera révélé aux recrues au fur et à mesure des enseignements introduisant à l’anthroposophie.

Ils découvriront aussi que Steiner nous avait déjà avertis du danger de l’électricité et du magnétisme, domaines démoniaques, où des êtres élémentaires mènent le jeu

« Avant l’électricité le penseur qui abordait la Nature [avait] la liberté de penser le spirituel, au moins abstraitement, au sein de la Nature… Mais l’électricité a atteint les nerfs de l’homme moderne et elle a chassé des nerfs toute orientation vers le spirituel. » Et aussi : « « L’électricité doit être reconnue dans sa force, qui consiste à conduire de la nature à la sous-nature. L’être humain ne doit pas être entraîné dans cette descente. »

« Rudolf Steiner nous met au défi. D’une part il indiqua clairement que la technique fait obstacle sur le chemin d’évolution prévu pour l’homme, et d’autre part il ne s’est pas lassé de souligner que l’on ne pouvait, ni ne devait se soustraire à ces évolutions culturelles »…« tout ce que l’homme accomplit dans ce domaine se fait sous l’influence d’esprits élémentaires, qui agissent et collaborent en tous lieux. Dans ce domaine, ce n’est pas l’homme seul qui mène, il est mené.(…)

In Guide de la Miviludes Les collectivités locales face aux dérives sectaires, « Arrachée à ses racines, meurtrie dans sa chair, amputée dans son identité, la recrue pourra être modelée de façon à appréhender l’existence selon l’éthique du groupement et à sacrifier son humanité à la cause du mouvement. En effet, il serait insuffisant de créer des conditions de déstabilisation, de désarroi et de vulnérabilité si n’étaient pas proposés parallèlement de nouveaux repères, des acquisitions, un projet différent, en bref une restructuration de la personnalité selon un modèle défini. Chacun des éléments de la remise en question doit trouver son COROLLAIRE STRUCTURANT« .

Seconde Étape  Séduire et rassurer : voici le « corollaire structurant »

Déjà pour l’uranium qui augmente, LA BIODYNAMIE A LA SOLUTION SALVATRICE grâce aux coquilles d’œufs contenues dans le Compost de Bouse de Maria Thun, (CBMT) . « Une raison de plus de militer pour l’agriculture biologique et bio-dynamique. La biodynamie apporte un remède dont l’efficacité a été récemment confirmée par des travaux du FAL : l’apport de compost de bouse permet de réduire la teneur d’uranium dans les plantes. En effet sur des sols pollués par de l’uranium, le compost de bouse mis au point par Maria Thun a permis de limiter fortement l’accumulation d’uranium dans des pieds de ray-grass (Lolium perenne) : la teneur en uranium dans les racines et les feuilles des plantes traitées au compost de bouse était nettement plus faible que dans les plantes de contrôle« .

Foin de la science, dont les machines travestissent le réel ! Modèles explicatifs, ADN, tout ça c’est du pipo, vous avez en vous la faculté d’acquérir la science du vivant, simplement en écoutant votre ressenti. Et même d’accéder aux découvertes que Steiner avait trouvé par sa clairvoyance :

« Steiner a découvert que ce que lui percevait de manière intuitive, directe, clairvoyante, si vous voulez, il y avait possibilité d’y accéder d’une manière beaucoup plus lente peut-être, mais en partant de l’observation concrète, sensible, par nos sens, la vue, le regard, le toucher. Donc pour Steiner, c’est la révélation : tout un chacun peut arriver à une connaissance plus subtile du monde ; C’est pas quelque chose réservé à quelques initiés, à quelques clairvoyants. Steiner a dit ce que je propose c’est pas quelque chose d’occulte comme j’ai vu dans le journal, c’est pas des révélations auxquelles il faut croire, c’est une science de l’esprit c’est une science, c’est-à-dire une méthode qui permet d’accéder à la connaissance de plans plus subtils que simplement le monde matériel. Qu’est ce que c’est un plan subtil, c’est déjà la vie, comment comprendre la vie d’une plante…La vie, l’amour la joie ça se mesure pas, il faut d’autres instruments mais c’est des réalités…Il faut avoir des sens élargis. Steiner parle de science spirituelle, c’est absolument pas non-scientifique, c’est notre science actuelle qui est trop étroite, donc la question c’est de l’élargir, et d’avoir des outils adaptés à ce que je veux observer ».

Observons déjà attentivement que dans l’heure d’exposé de Florin consacré à la nouvelle approche de la connaissance, le mot de « PENSÉE » EST pratiquement ABSENT. Il donne un cours à propos de la vigne sur la botanique, l’évolution des plantes comme « processus » et comme adaptation au milieu : mais il développe en fait SA propre pensée (ou plutôt celle de Goethe dans sa Métamorphose des Plantes).

LA CONCLUSION de sa conférence est claire, il suffit au ressenti d’ ÊTRE PARTAGÉ pour qu’il acquiert le statut de science ! « Dans cette démarche il faut faire appel à ce qu’on appelle le ressenti, mais le ressenti on peut l’éduquer, en regardant précisément les phénomènes, et en le partageant avec d’autres personnes. On a des organes psychiques,  de l’âme en fait, et ceux-là aussi on peut les éduquer : quand je vois une couleur, comment je ressens intérieurement la couleur,  est-ce que je peux le définir, le décrire, le partager à d’autres, et dans ce cas  le ressenti peut devenir un outil scientifique, un outil de partage que je peux objectiver en fait. Développer des organes, c’est ça. Quand Steiner parle du spirituel c’est pas mystico-gazeux (sic) c’est tout ce qu’on ressent, qu’on peut décrire, le faire de façon scientifique ça veut dire partageable, c’est à dire de façon consciente, c’est pas juste « j’ai ressenti ça », car là on peut se planter ».

On verra ci-dessous l’application pratique de tels enseignements : un vigneron d’Anjou, Patrick Thomas, reconnaît ingénument, (au Congrès de Biodynamie de 2015 après la conférence de Florin citée ici), que « le plus dur dans le ressenti, c’est d’écarter son savoir. Et c’est bien là que se situe tout le problème d’ailleurs ! …on se réunit entre nous, on parle entre nous, on se positionne. Au niveau du GAB Anjou on a lancé des formations de forces de vie, où on apprend justement (enfin dit-il, …on « apprend » !), on travaille ce ressenti, pour écouter un petit peu tout ce qui se passe autour de nous. C’est très compliqué d’expliquer ce qu’est le ressenti : souvent on me dit, oui mais ça se mesure pas comment on fait ?… »

Voilà comment les réunions de partage entre vignerons deviennent des réunions prétendument scientifiquesétudiant  « les forces de vie »… par le seul ressenti,  loin du débat contradictoire qu’exigerait la véritable recherche, évidemment plus fatigante pour la pensée.

 

 

In Guide de la Miviludes Les collectivités locales face aux dérives sectaires,« Dès le premier contact, le groupement offre un accueil personnalisé empreint d’une grande chaleur humaine, comme si la personne rencontrée était, à ses yeux, tout à fait exceptionnelle. Dans le même temps, il met en place une dramatisation et une confirmation de la situation délicate où croit se trouver l’interlocuteur. De là, il lui est évidemment possible de capter une écoute attentive de ses affirmations concernant ses capacités à apporter une aide efficace et des solutions. La radicalisation doit être telle que la recrue soit amenée au point où, de toute évidence, la seule réponse possible à ses problèmes sera celle qui est propre au mouvement qui a entrepris de la contacter » .

 

SELON STEINER, POUR DÉCOUVRIR LE MONDE, LA PENSÉE DOIT SE LIBÉRER DES IMPRESSIONS SENSIBLES. MAIS LE MABD ENSEIGNE au contraire QUE LE « RESSENTI »  peut donner accès aux révélations du Maître

Alors Steiner n’est-il pas détourné, voire trahi ? : ses révélations sur la transformation alchimique des substances dans la biodynamie,  viennent du monde de l’esprit, du monde suprasensible, du monde des dieux,

ce que confirme un commentateur autorisé, dans son livre paru sous la houlette de Ueli Hurter aux éditions du Goetheanum, en langue allemande sous le titre « Agrikultur für die Zukunft » et en anglais sous le titre « Agriculture for the future ».

Et, selon Rudolph Steiner (*) le chercheur, contrairement à ce qu’enseigne Jean-Michel FLORIN, doit utiliser sa pensée purifiée des sensations , et de « toute donnée issue de la perception sensible » pour atteindre ce monde de l’esprit et le principe alchimique de transformation des substances, base des préparations biodynamiques. Et non pas se contenter de l’observation concrète, sensible, par nos sens, la vue, le regard, le toucher. Il est nécessaire que la pensée « au lieu de se livrer aux impressions des sens, se concentre en soi-même ». Ainsi libérée du sensible, l’étudiant peut espérer avoir des organes assez mûrs pour  percevoir les réalités supérieures. «  LA PENSÉE PURE, travaillant dans sa propre essence, est capable de découvrir les secrets du monde, de la vie et de l’homme. » :

 » La méthode que l’occultisme indique pour libérer la pensée des éléments sensibles est une méthode très sûre. Il y en a pourtant encore une autre, plus sûre encore, avant tout plus précise et par suite plus difficile pour beaucoup de gens. C’est celle que j’ai étudiée dans mes ouvrages, Philosophie de la liberté, et Théorie de la connaissance dans la philosophie de Goethe. Ces écrits énumèrent les résultats que peut atteindre l’esprit humain quand la pensée, au lieu de se livrer aux impressions des sens, se concentre en soi-même. La pensée pure déploie alors son activité dans l’homme comme une entité vivante en soi. Ces ouvrages n’empruntent aucune de leurs données à l’occultisme. Et pourtant ils démontrent que la pensée pure, travaillant dans sa propre essence, est capable de découvrir les secrets du monde, de la vie et de l’homme.« Une discipline judicieuse règle ces exercices de manière à développer les organes en temps voulu. Ce développement exige chez l’étudiant beaucoup de patience et de persévérance. Si l’on n’a pas plus de patience qu’on n’en acquiert dans les circonstances ordinaires de la vie, on n’en viendra pas facilement à bout. Il se passe souvent beaucoup de temps avant que les organes soient assez mûrs pour que l’étudiant puisse les employer à percevoir les réalités supérieures. À ce moment se produit dans sa vie intérieure le phénomène que l’on nomme illumination, phénomène tout différent de la préparation ou purification qui consiste dans les exercices favorables à la formation des organes. Le mot purification exprime que l’étudiant durant ce stade se purifie dans un certain domaine de la vie intérieure de toute donnée issue de la perception sensible. »

Pour Steiner on n’est pas encore à ce stade dans l’occultisme mais à « une étape intermédiaire de grande importance entre la connaissance du monde sensible et celle du monde spirituel. Ils représentent ce que l’homme peut acquérir, quand sa pensée s’élève au-dessus de la perception extérieure, sans cependant rechercher l’accès des mondes supérieurs. .« 


(*) (in La Science de l’occulte, Ed. Académiques Perrin, 1938, page 120)

————— –

Ainsi, Florin est bien conforme à Steiner  quand il précise qu’il ne s’agit pas d’occultisme –du moins pas encore– Mais pourquoi donc enseigne-t-il  aux nouveaux disciples que, par la simple écoute du « ressenti » de leurs perceptions extérieures, ils parviendront à acquérir les connaissances découvertes par  Steiner grâce à sa particulière clairvoyance ? Erreur de jugement  ? c’est bien peu probable étant donné les compétences de notre auteur. Il ne peut confondre trois phrases des MAXIMES avec la Théorie de la connaissance dans la philosophie de Goethe. J’y vois plutôt une stratégie visant à promettre aux intéressés d’obtenir les mêmes connaissances que Steiner, simplement par leurs sens, ET NON PAR LA PENSÉE –terme presque banni–,

  Il y aurait ici une volonté assez perverse d’ÉLIMINER L’USAGE DE LA PENSÉE, pourtant exigée par Steiner dans cette étape. Florin travestirait donc aussi la phénoménologie de Gœthe, dont  les « écrits énumèrent les résultats que peut atteindre l’esprit humain quand la pensée, au lieu de se livrer aux impressions des sens, se concentre en soi-même« .

A la différence de Steiner, qui a découvert chez Gœthe l’exaltation du rôle de la pensée purifiée des impressions de sens, Florin n’a retenu du poète que  trois phrases faisant une totale confiance à nos sens, mais situées hors de tout contexte de théorie de la connaissance (extraites de la série des Maximes et Réflexions, constituée des phrases isolées).

MABD la phénoménologie de G

Les anthroposophes, devront se justifier des conséquences de ce monopole accordé aux sentiments aux dépens de la pensée : Pourquoi le disciple  perdrait-il du temps à faire l’effort de confronter les révéla-tions de Steiner à sa propre pensée  puisqu’on lui a dit que les sens les lui rendront accessibles, à la longue ?  Et surtout : l’esprit critique étant l’apanage de la pensée et non pas des cinq sens, pourquoi, et comment entreprendrait-il des réflexions, des expéri-mentations critiques, sur les préparations, la dynamisation, etc…,   ?

—————————–

Troisième Étape : son mental déstabilisé, l’adepte
prend ses fantasmes pour la réalité (et les vessies pour des lanternes )

On s’aperçoit que cette méthode récusant l’esprit critique au profit du ressenti, conduit à des comportement étranges. Je l’ai moi-même vécu, il y pas mal d’années, lorsqu’un anthroposophe célèbre m’a amené rencontrer un paysan du Sud-Ouest, chez qui, selon lui, je pourrai installer un labo de contrôle de la qualité des productions. Le lieu s’appelait « Los Angelos », un signe favorable semblait-il. Il me fit visiter la propriété et m’indiqua la maison dans les vignes propre à accueillir ce labo. Revenu pour dîner à la ferme, j’eus la stupeur de constater que le paysan n’était au courant de rien de tel.—« Que voulez-vous, les temps n’étaient pas mûrs« , m’expliqua l’anthroposophe sur le chemin du retour…

On retrouve des attitudes semblables, éloignées de la réalité, par exemple lorsque le viticulteur Nicolas Joly annonce la nécessité de travailler en biodynamie avec les « êtres élémentaires » cités par Steiner, plutôt que de considérer les forces en action. Comment ne se rend-il plus compte à quel point il apparaît ainsi dangereusement décalé du réel ? Comment peut-il continuer, sans souci de l’effet produit, par l’annonce du prochain changement de polarité magnétique du globe, sous l’effet de la multiplication des satellites ? Non, la réalité connue de M. Joly, c’est seulement la parole du Maître, ce que Steiner avait prévu, sous formes de monstrueuses araignées envahissant le ciel…

Même disparition du bon sens, lorsque le Gœtheanum confie durant 20 années un centre de recherches sur le moteur éthérique, à Paul Emberson, pour la simple raison que Steiner l’avait annoncé lorsqu’il entendit parler du moteur de Keely essayé en 1884, sous forme de « pistolet vaporique », dit aussi « harmoniques négatives quadruples » (une arnaque célèbre !). Le Laboratoire Weleda, entraîné à financer cette aventure, finit par avoir des doutes, bien qu’Emberson rappelle un texte du mathématicien Huygens qui aurait constaté que les balanciers d’un certain horloger se mettaient à batte tous ensemble au même rythme, mais uniquement en présence de l’horloger… Emberson continue d’ailleurs en Écosse ses recherches de « Technologie Morale ». Dans un tel cas, l’escroquerie serait plutôt un signe de bon sens retrouvé !

Et que dire de ce « Béton spirituel » inventé par un lecteur de Steiner, qui, par accès aux Mondes supra-sensibles, découvrit la composition nécessaire de l’additif qui rendrait le béton agréable à vivre et sans effets nocifs à la santé ? Peut-on, sans inquiétude, admettre que ce M. Martinez ait eu la révélation supra-sensible des merveilleux effets conjugués d’un fémur de Geai et d’une coquille de Nautile, convenablement dilués, selon lui, homéopathiquement ?

« Les facultés et organes permettant de percevoir consciemment des forces et des phénomènes supraphysiques sommeillent en nous tous. Selon la constitution dont chacun dispose, à l’aide de bases judicieuses et par un engagement personnel (entraînement), elles peuvent être éveillées par des exercices ciblés. « Le pas suivant consiste en la systématisation de telles perceptions, donc en un engagement dans une véritable recherche scientifique. C’est une recherche de ce type qui est à la base de notre produit Pneumatit®. » NE DIRAIT-ON PAS DU J-M FLORIN, commentant son Steiner?

–Voyons, hommes de peu de foi, ignorez-vous que ces effets bénéfiques ont été vérifiés scientifiquement ? —Mais, précisément, mon doute se confirme lorsqu’on apprend que l’industriel a sollicité l’avis de nombreux spécialistes, l’un en électro-acupucture (le procédé bioénergétique le plus fiable, le plus précis et le  plus efficace en termes de diagnostic),  l’autre en radiésthésie (un architecte suisse, baubiologue et radiesthésiste bien connu ) les trois suivants spécialisés en « études supra-physiques » (directeur de séminaire sur la perception supraphysique + un éducateur spécialisé, directeur de séminaire, chercheur et auteur de livres concernant les réalités supraphysiques dans la nature, + un dernier qui a fait des études de chimie et de biologie, directeur de séminaire, administrateur et chercheur à la Gesellschaft für angewandte Geisteforschung (« Société pour la recherche spirituelle appliquée »).

Mais comment cet industriel inspiré (par Steiner) ne comprend-il pas que l’accumulation d’opinions favorables, venant de milieux aussi douteux, ne peut que torpiller la 1ère étude centrée sur la fréquence cardiaque et la « psychométrie », évidemment favorables, bien qu' »à vérifier une seconde fois » ?

Que penser encore de cet honorable vigneron enthousiaste qui affirme, tout de go « La biodynamie, c’est pas une vue de l’esprit, ça s’explique scientifiquement, la biodynamie c’est l’énergie et Einstein a défini l’énergie avec sa fameuse formule. Et donc, si on refuse la science (on peut, il y a des gens qui refusent la science)…nous, nous sommes absolument convaincus que c’est un élément scientifique ».

Bel exemple de confusion mentale avec inversion de la logique, parfaitement typique des effets du désordre engendré par le monopole accordé aux sens sur la raison : la pseudo-science apparaît comme la science authentique, et refuser la première équivaut à refuser la seconde, ce qui nous est accordé de bonne grâce, merci, dans une belle inversion des valeurs.

 

 

Quant à l’inversion de la logique, je ne donnerai pas la palme au vigneron, car il y a mieux  –pardon, pire :  c’est d’entendre l’anthroposophe Henri Dahan reprocher à l’Éducation Nationale EXACTEMENT, point par point, ce qui peut être reproché à l’anthroposophie :

–une vision pseudo-scientifique du monde–de n’avoir d’autre choix que de croire–de donner une sorte de réponse religieuse–d’amputer l’esprit critique.

Quelle inconscience ! Et le comble est atteint lorsque cet anthroposophe réclame pour l’éducation nationale précisément CE QUI L’A MENÉ, lui,  À CE NIVEAU DE CONFUSION MENTALE : l’observation  sensible, intuitive, et méditative !

Faut-il lui rappeler la conséquence  de cette confusion logique : les lycées agricoles officiels, où s’est infiltrée la biodynamie, imposent la lecture du Cours aux Agriculteurs, et recommandent celle de la Science de l’Occulte, ouvrages clés, de son Maître Rudolph Steiner. Et les élèvent cherchent, en voyage d’étude, à rencontrer l’auteur du sinistre canular du moteur éthérique !

Heureusement ces établissements sont encore peu nombreux, mais on peut craindre quelque jour l’influence de la Ministre dont M.Dahan dirige l’école : la voie est ouverte dans l’indifférence générale.

————————–

JE RAPPELLE LES CRITÈRES RETENUES PAR LA MIVILUDES POUR LES DÉRIVES SECTAIRES, en rouge ceux qui ont déjà été signalés ci-dessus, (avec les précautions suivantes). Restent à voir les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics :

« À la vérité, la multiplicité des critères de dangerosité retenus témoigne du souci de cerner avec précision la réalité du risque sectaire. En effet, les mouvements n’arborent pas les mêmes caractéristiques, et ces critères ne présentent pas la même valeur probatoire ni la même capacité à rendre compte spécifiquement du risque ».

la déstabilisation mentale ;– le caractère exorbitant des exigences financières ;– la rupture avec l’environnement d’origine ;– l’existence d’atteintes à l’intégrité physique ;– l’embrigadement des enfants ; le discours plus ou moins antisocial ;– les troubles à l’ordre public ;– l’importance des démêlés judiciaires ;l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels [concurrence au produits bio, NDLR] ;

– les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics. C’est l’objet du chapitre suivant.

————————————

Quatrième Étape : La confusion des esprits n’a pas atteint le bon sens financier : l’anthroposophie commence à s’implanter par infiltration avec beaucoup d’astuce

 

DEUX TENTATIVES RÉUSSIES D’INFILTRATION DES POUVOIRS PUBLICS … ou tout au moins d’établissements contrôlés –en principe– par les pouvoirs publics : deux Lycées agricoles et un organisme de formation  à l’anthroposophie, le Foyer Michael,

Le tout est impulsé par une Fondation, reconnue d’utilité publique, on se demande bien comment et pourquoi : la Fondation Paul COROZE. Voici leurs objectifs ACTUELS :

livres de paul coroze

 

« Cherchant des chemins pour donner une dimension nouvelle à leur existence, certains jeunes adultes veulent acquérir la formation nécessaire pour promouvoir les méthodes novatrices inspirées de l’anthroposophie de Rudolf Steiner dans les domaines tels que la pédagogie et la pédagogie curative, les arts et arts thérapeutiques, l’agriculture bio-dynamique, la médecine. La Fondation Paul Coroze a pour but d’offrir un soutien moral et matériel à ces jeunes, notamment par l’attribution de bourses d’étude ».

IL FAUT CONSTATER UN SÉRIEUX DÉRAPAGE PAR RAPPORT AUX STATUTS de la  FONDATION, qui visent « la formation nécessaire pour promouvoir (…) la pédagogie et la rééducation des enfants inadaptés » : Article 1er – L’établissement dit « FONDATION PAUL COROZE », fondé en 1966, a pour but d’attribuer des bourses d’étude et, d’une façon générale, de donner toute assistance matérielle et morale nécessaire à de jeunes français de 18 à 25 ans désireux d’acquérir la formation nécessaire pour promouvoir, en France, les méthodes novatrices de Rudolf STEINER appliquées avec succès à l’étranger et concernant principalement la Pédagogie et la Rééducation des enfants inadaptés.

Avec cette astucieuse présentation, l’autorité attribuant l’utilité publique a cru qu’il s’agissait seulement de former des enseignants pour les écoles Steiner-Waldorf, déjà existantes. Bravo les artistes !

« Article 2 – Les moyens d’action de la Fondation comprennent :
 d’attribuer des bourses, de consentir des prêts d’honneur, d’offrir des stages en France ou à l’étranger, de donner des cours et conférences, d’organiser des rencontres, séminaires et colloques, de constituer des foyers de jeunes, d’éditer des publications, bulletins, mémoires …
de se mettre et rester en rapports constants avec les institutions, facultés, écoles françaises et étrangères où s’enseignent et s’enseigneront les disciplines choisies par la Fondation.
 Enfin, d’une façon générale, accomplir tous les actes prévus dans l’objet ci-dessus, à condition de ne pas modifier le caractère de bienfaisance de la Fondation. »

Il s’agit donc de soutenir, et financer, par divers moyens la formation d’agents du  prosélytisme anthroposophique. Et d’implanter la gnose de R.Steiner dans les institutions d’enseignement choisies par la Fondation : donc un rôle indubitablement militant !

La Formation est le domaine privilégié de nombreux charlatans qui profitent d’une réglementation quasi inexistante, et… justement :

Le soutien à  LA FORMATION en ANTHROPOSOPHIE, est confié au FOYER MICHAEL, situé au centre de la France, près de Moulins-sur-Allier. « En plus de découvrir l’anthroposophie, les bases de la pédagogie Waldorf, l’agriculture bio-dynamique, la triarticulation de l’organisme social et de nombreux domaines sous un jour nouveau, cette année de formation permet aussi de mieux se connaitre soi-même et de trouver au besoin une nouvelle orientation professionnelle. (…) L’anthroposophie, telle que l’a définie Rudolf Steiner, est une démarche de connaissance basée sur une activité autonome et individuelle qui engage autant l’intellect que les forces du cœur. Elle se base sur la réflexion méditative et s’intéresse à la fois au monde visible et à sa dimension spirituelle ». 

« Comme convenu à la rencontre de Pentecôte, fin mai 2009 (cf. Compte rendu) une douzaine de personnes se sont rencontrées le 19 septembre et 20 septembre au Foyer Michael, dans l’Allier, pour échanger autour de la question des forces de Michaël en se basant sur un texte de Rudolf Steiner, « Les pensées cosmiques dans l’agir de Michaël et dans l’agir d’Ahriman », issu des Lignes directrices de l’anthroposophie. »

Ce centre de formation est donc, à juste titre  présenté comme « foyer spirituel » sur le site « Source-vivre-relié » (annuaire des centres spirituels ), sans nulle opposition du Foyer, puisque les photos du site lui sont empruntées. SPIRITUEL…MAIS PAS VRAIMENT DÉSINCARNÉ :

« Conditions financières: 3700€ pour les cours, 425 € par mois pour l’hébergement en pension complète (chambre individuelle et repas essentiellement bio), soit 3825€ les 9 mois.Il est possible de faire une demande d’aide financière auprès de la Fondation Paul Coroze. » (contribuables, à vos poches !)

Voici donc un centre de formation qui bénéficie de l’aide d’une Fondation dont les donateurs et apporteurs de legs divers bénéficient d’avantages fiscaux importants : Une contribution forcée, invisible et ignorée des citoyens d’une République qui se dit laïque ! Comme ils seront charmés de découvrir l’astuce « en chauve-souris » d’une gnose qui, à son gré, se dit scientifique ou spirituelle, voyez mes griffes, voyez mes ailes…

Michael spirituelLes associations éventuel-lement concernées par ce dispositif sont les associations ayant un caractère philanthropi-que, éducatif, scientifi-que, social, humanitaire, sportif, familial, culturel, ou concourant à la mise en valeur du patri-moine artistique, (…) à la défense de l’environne-ment naturel ou à la diffusion de la culture, de la langue et des connaissances scientifiques françaises.

Peut-être la Fondation a-t-elle obtenu sa reconnaissance d’utilité publique en mettant en avant la formation « scientifique » qu’elle diffuserait ? ou son caractère « éducatif, et social » ? ou la « défense de l’environnement ? » TOUT CELA DOIT ÊTRE VÉRIFIÉ À NOUVEAU, et rapidement, merci ! L’enquêteur sera intéressé de voir le programme de cours du Foyer Michael :

Foyer Michael

La science des fêtes (héortologie), la biographie de R.Steiner, ou la géométrie projective, sont certainement des matières d’une utilité publique incontestable n’est-ce pas ? Pour la projective, rassurez-vous, ils ne veulent pas fabriquer des matheux, c’est encore une activité spirituelle, faisant découvrir « les forces éthériques universelles ! Les Éditions anthroposophiques Triades vous l’expliquent ici :

G projective et forces éthériques

Des exercices progressifs pour se déranger l’esprit ? pour…

« BRISER LES CHAÎNES MENTALES IMPOSÉES PAR UNE CONCEPTION PUREMENT PHYSIQUE D’UN ESPACE MORT POUR ACCÉDER À UN ESPACE VIVANT D’OÙ PROCÈDENT LES FORCES FORMATRICES UNIVERSELLES ». (*)

—COMMENT ? Vous avez la nausée ?

—-Mais moi aussi !

ALORS, JE VOUS LAISSE DÉCOUVRIR VOUS MÊME COMMENT DEUX DE NOS LYCÉES AGRICOLES imposent maintenant la lecture du Cours aux Agriculteurs et recommandent celle de La Science de l’Occulte du Maître de l’anthroposophie, pour délivrer le Brevet Professionnel de Responsable d’exploitation agricole en Biodynamie !

Nouveau succès de la Fondation Paul Coroze, qui a réussi sa mission (d’utilité publique) de se mettre et rester en rapports constants avec les institutions, facultés, écoles françaises et étrangères où s’enseignent et s’enseigneront les disciplines choisies par la Fondation.

comment apppréhender risques sectairsLA TACTIQUE DU FAIT ACCOMPLI EST CLAIRE : on fait peur aux naïfs (la terre est morte etc…), qui se réfugient alors dans la culture en BD. Comme il y a des entreprises travaillant en BD, on leur ouvre des brevets dans nos lycées agricoles ! De même, comme il  y a des écoles Steiner-Waldorf, on leur ouvre une Fondation, reconnue d’utilité publique, puisque visant (en principe !) à former des enseignants pour ces écoles ! Quelle habileté ! (**)


(*) On pourrait objecter que l’enseignement de l’homéopathie, qui n’a donné –comme la biodynamie–aucune preuve scientifique d’efficacité, est parfaitement autorisé. La différence essentielle est que l’homéopathie n’est pas issue d’une révélation suprasensible d’un occultiste cherchant à égarer l’esprit rationnel, mais bien d’une réflexion scientifique rationnelle, qui s’est révélée ensuite une hypothèse fausse. Ce qui est courant dans la recherche.

_______________________________________________________________________________

(**) On peut lire sur le site de Grégoire Perra que l’utilité publique a été refusée à la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf : « Le CLPS s’est procuré les attendus du jugement définitif qui a été rendu dans cette affaire et les a mis à disposition sur son site. Par ailleurs, Gilbert Klein en livre une analyse approfondie dans son récent ouvrage intitulé Dignité et liberté. Ces attendus sont tout simplement édifiants !

Nous découvrons notamment qu’une récente inspection [des Écoles Steiner-Waldorf]–(…) – a révélé que cette prétendue pédagogie propose en réalité un cursus comportant « des lacunes sur l’acquisition par les élèves des connaissances et compétences du socle commun ».

QUE DIRE ALORS DE L’ENSEIGNEMENT ÉSOTÉRIQUE DONNÉ AUX FUTURS CHEFS D’ENTREPRISES AGRICOLES ? G.Perra nous explique ci-dessous l’habileté des anthroposophes, « les meilleurs stratèges capables de telles entreprises audacieuses, pour ne pas dire sans vergogne, ceux qui maîtrisent le vocabulaire officiel de l’administration et de l’Éducation Nationale, ceux qui savent s’offrir les services des meilleurs avocats grâce à l’argent récolté »

Pourquoi la Fédération des écoles Steiner-Waldorf a vue rejetée sa demande de reconnaissance en utilité publique (Publié le 11 mars 2017 par gperra)

Rudolf Steiner a été clair avec ses disciples : « Vous devez toujours cherchez à obtenir de l’argent de la collectivité ! », comme cela est écrit dans les Conseils aux professeurs de la première école Steiner-Waldorf de Stuttgart. Pour cela, poursuivait-il, vous devez être capable de « parler aux gens et intérieurement les duper ».

C’est sans doute dans la droite ligne de cette injonction du fondateur de l’Anthroposophie que la Fédération des écoles Steiner-Waldorf avait récemment formulée une reconnaissance en utilité publique auprès des instances de la République Française. Il faut dire que cette institution rassemble les meilleurs stratèges capables de telles entreprises audacieuses, pour ne pas dire sans vergogne, ceux qui maîtrisent le vocabulaire officiel de l’administration et de l’Education Nationale, ceux qui savent s’offrir les services des meilleurs avocats grâce à l’argent récolté, ceux qui savent montrer patte blanche et déverser les quantités de miel nécessaires sur les paroles qu’ils adressent aux responsables qu’ils abordent. Pour avoir bien connu et fréquenté de près ces personnes aujourd’hui à la tête de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf lorsque j’étais moi-même anthroposophe et pédagogue Steiner-Waldorf, je peux dire qu’il s’agit de la crème des experts en manipulation verbale que comporte ce petit monde fermé sur lui-même. C’est pourquoi l’on peut supposer que la requête qu’ils avaient formulée avait initialement de bonnes chances d’aboutir.

____________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire