FLAVESCENCE DORÉE : LE MINISTÈRE FINANCE LA CONTESTATION !

PARMI LES FICHES BIODYNAMIQUES FINANCÉES PAR  LE MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE, L’UNE ABORDE LA QUESTION – LITIGIEUSE – DU TRAITEMENT OBLIGATOIRE CONTRE LA MALADIE causée par Scaphoideus titanus, un insecte piqueur suceur endémique au vignoble. Après avoir ingéré les phytoplasmes  (bactéries dépourvues de paroi appartenant à la classe des Mollicutes), la cicadelle devient infectieuse et contamine les ceps sur lesquels elle se nourrit.  Se déclare alors la « flavescence dorée ».

La lutte contre la flavescence dorée est réglementée :

> Au niveau européen, elle a le statut d’organisme de quarantaine, interdit dans certaines zones protégées et dont l’introduction et la circulation sont sévèrement réglementées. > Au niveau nationalelle est en lutte obligatoire, ce qui justifie l’adoption de mesures réglementaires.  > Au niveau régional par des arrêtés préfectoraux organisant la lutte contre la Flavescence Dorée et le Bois Noir.

 Les communes entrantes en Périmètre de Lutte Obligatoire sont soumises à la réglementation. Le respect des préconisations de traitements est impératif (Dates d’applications, Produits homologués…).(**)

 Les avis précisant les dates de traitements obligatoires sont largement diffusés dans les mairies des communes concernées, chez les distributeurs, les caves coopératives…

Je ne prends pas parti sur un sujet technique hors de mes compétences, mais je constate que

La fiche financée par le Ministère conteste le traitement obligatoire officiel :

« Depuis le début des obligations, les traitements ne semblent pas avoir eu un réel impact sur la régression de la maladie ».

« Des produits extrêmement puissants présentent un risque pour l’environnement, le vigneron et les auxiliaires de la vigne », (*)

« Faut-il vraiment chercher à éradiquer la cicadelle, qui n’est que le vecteur du phytoplasme responsable de la maladie ? »

« Des alternatives seraient possibles :  Brûlage des ceps (c’est prévu) – Diversification des insectes (?) – Pulvérisation de purin de fougère (!). »

Et pourquoi pas la pulvérisation magique d’insectes calcinés  décrite à la suite comme « active » contre les drosophiles de cave ? Quelques pistes émergent mais restent à confirmer.
Une
incinération de drosophiles dans des raisins infestés (auxquels on aura pris grand soin de retirer les pépins) semble avoir donné d’excellents résultats dans le Gard.

copie de la fiche :

Fiches flavescence

QUESTION : LE MINISTÈRE A-T-IL VOULU FAIRE SON AUTOCRITIQUE

OU EST-CE … DU GRAND N’IMPORTE QUOI  ?

En tous cas, il ne se veut pas responsable (c’est courageux, non ?)… ou alors il est irresponsable ?

ministere irresponsable

——————– –

(*) en fait certains traitements sont autorisés en culture biologique.

(**) deux viticulteurs « bio » ont été poursuivis pour refus de traitement, et heureusement non-condamnés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.