UNE NOUVELLE VIDÉO : LA BIODYNAMIE contre LE GLYPHOSATE ?

https://youtu.be/xrUTqQbKbXk

Dans le « Cours aux agriculteurs » de Rudolph Steiner, éditions EAR, Page 195-196-197 :

« Mais si l’on tient compte de ces forces cosmiques, voici ce qu’on dira : si on entrave l’action de la lune en l’empêchant de produire son plein effet sur les mauvaises herbes, si on ne laisse agir sur les mauvaises herbes que les influences extérieures, qui ne sont pas celles de la Lune, mais celles qui agissent directement, on met une limite à leur reproduction. Elles ne peuvent plus se reproduire.

Il s’agit donc de traiter le sol d’une façon telle – puisqu’aussi bien il n’est pas question de supprimer la Lune – que la terre n’ait plus envie d’absorber les influences lunaires; et non seulement on peut ôter à la terre son penchant à absorber les influences de la Lune, mais les plantes, ces mauvaises herbes, peuvent encore éprouver une certaine aversion à pousser dans une terre traitée d’une certaine manière. Parvenir à cela, c’est arriver à ses fins.

Nous voyons comment se développe la mauvaise herbe au cours de l’année. Alors il faut prendre la chose en mains, ne pas s’affoler, mais se dire que le moment est venu de passer à l’attaque.

Nous ramassons donc sur la mauvaise herbe un certain nombre de graines, la partie où a fini par s’enfermer la force dont j’ai parlé. Nous allumons un feu – un feu de bois ordinaire de préférence – nous y brûlons ces graines et nous recueillons soigneusement les cendres obtenues. Nous ne produisons ainsi qu’une quantité réduite de cendres. Mais nous avons maintenant, en ayant ainsi traité ces plantes, en ayant fait passer leur graine par le feu, en l’ayant transformée en cendres, nous avons littéralement concentré dans la cendre la force opposée de celle qui entre en jeu dans l’attraction des forces lunaires.

Si maintenant nous répandons sur nos champs – sans prendre de précautions particulières, car la chose a un rayon d’action étendu – cette petite préparation obtenue de la sorte à partir des mauvaises herbes les plus diverses, nous verrons au bout de deux ans déjà que les variétés de mauvaise herbe ainsi traitées sont beaucoup moins abondantes. Elles poussent moins dru et comme beaucoup de choses dans la nature vont par périodes de quatre ans, nous verrons au bout de la quatrième année que la mauvaise herbe en question, traitée chaque année par éparpillement de ce poivre, cesse d’exister.

Vous voyez donc que l’on a rendu efficace dans les faits l’action d’entités microscopiques qu’ont maintenant scientifiquement prouvée les recherches de l’institut biologique.

On pourrait effectivement à l’aide de cette méthode obtenir des résultats extraordinairement substantiels et, si vous tenez compte de ces données dans votre façon de faire, si par conséquent vous faites entrer en jeu les influences dont personne aujourd’hui ne se soucie, vous pouvez maintenant disposer d’une arme extrêmement puissante ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.