LA DÉFENSE DE PIERRE RABHI, des injures contre des faits ?

Le Dauphiné Libéré du 20/09/2018 sème la surprise et la colère dans le pays même de Rabhi !

Article Dauphiné Libéré 20-09-2018 souligné_ Pierre Rahbi

Le portrait de Pierre Rabhi, dressé par Jean-Baptiste Malet dans son article du Monde Diplomatique (*) nous présente un homme plutôt riche, non seulement assez  éloigné de ses propres enseignements de sobriété heureuse, mais surtout imprégné dès sa jeunesse par la doctrine anthroposophique, conséquence  de sa rencontre, en 1960 avec Pierre Richard, un médecin marqué en  1940 d’une « expérience hygiéniste, nationaliste et paramilitaire » et qui devint « son initiateur« :

« Un jour, relate J-B Malet, le docteur Richard est venu chez moi, triomphant, et il m’a mis entre les mains le livre Fécondité de la terre, de l’Allemand Ehrenfried Pfeiffer, un disciple de Steiner, raconte-t-il. J’ai adhéré aux idées de Steiner, ainsi qu’aux principes de l’anthroposophie, et notamment à la biodynamie. Lorsqu’il a fallu faire de l’agriculture, Rudolf Steiner proposait des choses très intéressantes. J’ai donc commandé des préparats biodynamiques en Suisse et commencé mes expérimentations agricoles. »

(…) Sa découverte de l’agriculture biodynamique le stimule au point qu’il anime, à partir des années 1970, causeries et formations à ce sujet. Il se forge alors une conviction qui ne le quittera plus : la spiritualité et la prise en compte du divin sont indissociables d’un modèle agricole viable, lequel se place dès lors au centre de ses préoccupations ».

(fin de la citation de J-B Malet)

Mayaud colibris steiner-waldorf

On n’oubliera pas que  les Colibris, bras armé de Pierre Rabhi,  font leur part peut-être, mais organisés et financés par  le même mécénat que les Écoles Steiner Waldorf, la Fondation Christophe Mayaud. (ci-contre, les projets soutenus)

Faut-il rappeler aussi que l’association fondée par P. Rabhi, Terre et Humanisme (en note dans l’article du Dauphiné ci-dessus)biodynamie au mas de beaulieu, enseigne de façon masquée, en son Mas de Beaulieu,  les méthodes agricoles issues de l’accès de Rudolph Steiner aux « mondes supérieurs » accessibles aux occultistes ? Son agro-écologie est en fait la biodynamie anthroposophique. L’ouvrage « le Manuel des jardins agro-écologiques » le reconnaît au détour d’une page. (ci-contre)

Mais « Une nouvelle fois, raconte J-B Malet, un courrier et la rencontre avec un personnage haut en couleur vont infléchir le cours de son histoire. »

Il s’agit de ce Maurice Freund, cité en fin d’article par Le Dauphiné, tombé littéra-lement sous la séduction de celui qui deviendra le gourou « décroissant »de notre société consommatrice. Cet entrepre-neur de tourisme et de transports extrêmement dynamique et généreux – mais sans doute aussi éloigné des enseignements de sobriété que P. Rabhi lui-même, introduisit celui-ci auprès du président du Burkina-Faso, passionné par la méthode agricole ésotérique de Rabhi, pourtant sévèrement jugée par l’agronome René Dumont, venu sur place se rendre compte.

L’entrepreneur, fondateur du « Point-Mulhouse »,  eut une carrière que Wikipédia nous décrit comme à l’origine des premiers vols-charters, à prix abordables, en dépit des   complications de la France-Afrique. N’avait-il pas acheté en  catastrophe un Boeing 707 pour transporter les tonnes de … haricots verts dont le président se disait encombré, évènement à l’origine de la création d’une nouvelle ligne aérienne locale ?

Mais les cargaisons ne furent pas toujours aussi folkloriques : Entre 1985 et 1986, Point Mulhouse, Maurice Freund et la compagnie Naganagani19 se retrouvèrent impliqués dans un transport d’armes pour le compte du Colonel Kadhafi en Libye7,5. Supposé être du matériel agricole à récupérer à Belgrade en Serbie, le Boeing 707-328C de la compagnie Naganagani embarquait pour plus de 30 tonnes d’armes, direction Ouagadougou avant de re-décoller pour Tripoli quelques heures plus tard.

L’assassinat du président burkinabé (considéré comme le Che Guevara africain) mettra fin aux projets des deux amis.

C’est ce personnage aventureux qui annonce dans Le Dauphiné soutenir son ami Rabhi et qui traite de « torchon » et de « manipulation évidente » l’enquête de Jean-Baptiste Malet, dont les enquêtes sur l’industrie de la tomate et le sort des travailleurs chez Amazon ont fait l’unanimité, au point qu’il est proposé pour le prestigieux prix Albert Londres.


[(*) On ne peut que s’étonner que « Le Media » (Julien Brygo, interview de J-B Malet, le 19/09 ) fasse l’impasse sur l’anthroposophie de Pierre Rabhi, et le considère seulement comme un catho rétro, culpabilisant et sans projet politique, négligeant aussi le « Plan Colibris », directement inspiré de la Tripartition Sociale de Steiner.]

————————— –

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.