« L’ANTHROPOSOPHIE EST ELLE UNE SECTE ? » Bonne question, mauvaise réponse de Libération

L’ANTHROPOSOPHIE EST-ELLE UNE SECTE ?

Après le pavé dans la mare anthroposophique lancé par Jean-Baptiste Malet dans le Monde Diplomatique, Libération a bien du mérite d’oser aborder la question – non étudiée par cette enquête – du caractère sectaire on non, de ce que notre récent Prix Albert Londres qualifie de  multinationale de l’ésotérisme ».

Tout mouvement ésotérique n’est pas ipso facto une « secte », d’autant que la définition exacte de ce mot nous échappe de plus en plus : la MIVILUDES retient plusieurs critères1 pour les « dérives sectaires », ce qui précise surtout … la question d’éventuelles poursuites juridiques par les victimes.

En fait, il s’agirait d’abord de cerner LES DANGERS ÉVENTUELS d’un mouvement controversé, avant de chercher à le qualifier ou non de secte.

LE CRITÈRE DE LA « POSTÉRITÉ IMPORTANTE »

Dans « Libération », Guillaume Lecaplain paraît retenir comme critère favorable à de tels mouvements, ce qu’il appelle leur « postérité importante », ainsi, pour l’anthroposophie, dans les domaines de la médecine, l’agriculture, l’éducation, ou la banque.

On ne peut nier que certaines intuitions du Maître spirituel du mouvement anthroposophique n’ait donné lieu à des initiatives intéressantes et pérennes, comme dans le cas de la culture « biologique » qui a mis à profit l’importance accordée par R.Steiner à la vie des sols. La pédagogie Steiner-Waldorf peut également avoir introduit dans l’éducation un meilleur respect des initiatives de l’enfant, à l’origine des plusieurs pédagogies nouvelles.

Cette postérité extérieure à l’anthroposophie ne présente alors plus aucun caractère ésotérique.

MAIS FAUT-IL POUR AUTANT OUBLIER LA POSTÉRITÉ PROPREMENT ÉSOTÉRIQUE, qui se développe sous forme d’agriculture « biodynamique », d’écoles privées où se déroulent les cérémonies mystiques dénoncées par G.Perra, et JB Malet, ou encore de cliniques spécialisées dans le traitement des cancers par les extraits de Gui recommandés par le Maître ?

Je me limiterai au cas de la biodynamie.

Les dangers de l’ésotérisme de cette méthode anthroposophique paraissent avoir échappé à Gillaume Lecapelain, lorsqu’il cite sans broncher l’avis de Marie-Monique Robin prétendant efficaces les pratiques irrationnelles des anthroposophes, « les préparations genre bouse de corne ne relèv(ant), selon elle, pas de la magie, mais de propriétés physico-chimiques très rationnelles ».

En effet, contrairement aux mouvements ésotériques qui jouent clairement sur la croyance des adeptes, l’anthroposophie est la seule à s’affirmer scientifique, argument décisif tant qu’il n’est pas contredit par des recherches reconnues valides. Steiner, en révélant sa méthode agricole, l’avait, certes, imposée comme une série de recettes à appliquer, mais en affirmant que les preuves scientifiques confirmeraient, le temps venu, ses prescriptions2.

ICI SE JOUE TOUTE L’AMBIGUÏTÉ PARTICULIÈRE DE LA COMMUNICATION ANTHROPOSOPHIQUE : les préparations constituées de bouse et de silice enfermées dans des cornes, et de certaines plantes introduites dans des organes animaux (vessie de cerf, crâne d’animal domestique, et divers bouts d’intestins), le tout étant enterré six mois pour capter les forces cosmiques et les transmettre au sol et aux composts, sont présentées, selon les interlocuteurs :

– de façon irrationnelle, comme une « transmutation alchimique » avec captation de forces éthériques, astrales etc..

– ou rationnellement, comme une simple maturation fermentaire de micro-organismes.

L’ambiguïté de ces positions opposées est voulue, et  parfaitement expliquée par Grégoire Perra, lors du Colloque du centre zététique du Languedoc, « Radicalisme religieux et sectes : menaces sur la santé et la science », où il explique le sens donné par les anthroposophes à leur expression « entrer dans la peau du dragon » :

DÈS LORS LA BIODYNAMIE FONCTIONNE COMME LE CHEVAL DE TROIE DE LA DOCTRINE STÉNÉRIENNE. (dont on ne doit pas ignorer les objectifs politiques de Triarticulation sociale).

Tout en privilégiant le ressenti sur l’analyse rationnelle, un déguisement prétendument scientifique lui assure la reconnaissance des organismes officiels comme la confiance du public, mais couvre aussi la possibilité de stupéfiantes dérives que le Net véhicule comme autant de fake news incontrôlées.

Sous l’alibi de l’approche « goethéenne de la nature« , Le Mouvement d’agriculture biodynamique n’hésite pas à enseigner la priorité à accorder au « ressenti » sur l’analyse rationnelle. Le mépris de l’étude scientifique est donc de règle, puisque « « Les sens ne trompent pas, c’est le jugement qui trompe. » et que « L’homme en lui-même, dans la mesure où il fait usage de ses sens sains, est l’appareil physique le plus grand et le plus exact qui puisse exister… ».

Des fiches de viticulture biodynamique sont pourtant financées par le Ministère de l’Agriculture, constituant un véritable raccourci de biodynamie, qui développe sans vergogne le mode de fabrication de chaque préparation, et les effets favorables de pratiques aussi ésotériques que la suppression des nuisibles par la technique des « poivres » (pulvérisation des éléments à éliminer réduits en cendres par calcination, et dynamisés, qu’il s’agisse de mauvaises herbes ou d’animaux jugés nuisibles tels que mouches, lapins, et autres cervidés).

Deux centres officiels de formations professionnelle sont consacrés, à Obernai et à Segré, à la formation des futurs agriculteurs se vouant à la biodynamie (BPREA), centres dont les responsables ont nié sans vergogne devant la presse tout « lien à un quelconque courant de pensée », alors que les ouvrages de Steiner y sont recommandés aux élèves (dont la Science de l’Occulte).

LES FAKE NEWS DE L’ANTHROPOSOPHIE

L’annonce apocalyptique de l’inversion des pôles magnétiques du globe, a été faite lors du congrès du mouvement d’agriculture biodynamique, le 5 mai 2015, par un intervenant jouissant d’une grande autorité. Catastrophe attribuée à la multiplication de nos satellites et de nos systèmes numériques, déjà condamnée par R.Steiner, et que seul, à en croire l’orateur, pourrait éviter le recours aux préparations révélées par le gourou du mouvement,

Un additif pour béton capable de guérir les supposées maladies causées par l’habitat dans un bâtiment en béton s’est répandu, toujours sous la double garantie de la pensée anthroposophique (le produit a été créé par la plus importante ferme biodynamique suisse) et d’une efficacité scientifique, dont la composition (un fémur de geai et une coquille de nautile dilués au 1/160 millionième) permet pourtant de douter,

Mais l’étude du fameux « moteur éthérique » est sans doute le comble de l’aveuglement anthroposophique : il fut annoncé par Steiner comme devant révolutionner le monde du travail puisque fonctionnant par la seule pensée de l’observateur : vingt années y ont été consacrées, de 1991 à 2011, au plus haut niveau de l’organisation (Laboratoire Anthro-Tech du Gœtheanum), aux frais en particulier du laboratoire WEKEDA.

IL Y AURAIT LIEU, DANS LE CAS D’UNE TELLE ORGANISATION ÉSOTÉRIQUE SE PRÉTENDANT SCIENTIFIQUE,

D’ADMETTRE QUE CE MOUVEMENT PRÉSENTE DE RÉELS DANGERS , CORRESPONDANT à PLUSIEURS CRITÈRES DE DÉRIVE SECTAIRE RECONNUS JURIDIQUEMENT :

la déstabilisation mentale, née d’une réelle confusion intellectuelle, qu’illustre la croyance en des préparations agricoles de composition particulièrement irrationnelle, en la possibilité d’un moteur sans autre énergie que la pensée, ou d’un béton « vivifiant » agissant par suppression d’affections imaginaires,

le discours antisocial et la rupture avec l’environnement d’origine, que démontrent le refus de toute analyse rationnelle scientifique du réel, et la condamnation de la société actuelle, déclarée victime, par exemple, de la mort des sols, due à la rupture du lien avec le cosmos, causée par les satellites, ainsi que de la conspiration des fabricants d’engrais,

le détournement des circuits économiques traditionnels, par une concurrence déloyale vis à vis de la culture biologique, par rapport à laquelle aucun avantage n’a pu être scientifiquement démontré,

les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics, réalisées dans la formation technique (BPREA) et l’enseignement (financement de fiches officielles), voire par la mise en place au gouvernement d’une ministre de la Culture dévoilée par J-B Malet comme adepte d’une doctrine pour laquelle elle a installé une école et une « université » sur ses terres personnelles.

D’OÙ LA NÉCESSITÉ DE LUI IMPOSER LE CONTRÔLE INDÉPENDANT ET CONTRADICTOIRE DE SES ASSERTIONS PSEUDO-SCIENTIFIQUES.

LA SÉCURITÉ DE NOTRE SOCIÉTÉ, SES FONDEMENTS RATIONNELS , ET LE RESPECT DE SA DÉMOCRATIE SONT EN JEU.

———————- –

Sont cités : la déstabilisation mentale (toujours présente), le caractère exorbitant des exigences financières, l’existence d’atteintes à l’intégrité physique, l’embrigadement des enfants, le discours antisocial et la rupture avec l’environnement d’origine , les troubles à l’ordre public, l’importance des démêlés judiciaires, l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels, les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

Les plus récentes analyses ne retiennent aucune supériorité de la biodynamie sur la culture biologique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.