Responsable de plusieurs décès, le prétendu « anticancéreux » des anthroposophes serait toujours disponible…un scandale sanitaire !

Selon deux articles de la revue Sciences et Avenir /santé (https://www.sciencesetavenir.fr/sante/weleda-un-medicament-anti-cancer-vendu-sans-autorisation_133575

et

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-fondements-de-l-anthroposophie-et-du-viscum-album_133576)

artciles science et avenir

L’ ANTICANCÉREUX « ISCADOR »

« Il a été imaginé au début du 20e siècle par l’Autrichien Rudolf Steiner, inventeur de l’anthroposophie, un courant de pensée alliant occultisme, spiritualité et ésotérisme. Pour Rudolph Steiner, le gui serait ainsi une « plante-animale » dotée de « forces astrales » capables de contenir la propagation des cellules cancéreuses. L’extrait est fabriqué par la société suisse revendiquée anthroposophe Iscador AG et était vendu en France jusqu’en 2018 par une autre société anthroposophe bien connue, la multinationale suisse Weleda, spécialisée dans les cosmétiques et les produits pharmaceutiques “d’inspiration anthroposophique”.« 

TOUJOURS PRESCRIT EN FRANCE, malgré deux décès ayant fait condamner les médecins par leur Ordre (en 2008 et 2016)

« Officiellement, le Viscum album fermenté n’est plus disponible à la vente en France. » « Weleda bénéficiait une autorisation d’importation délivrée par l’Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) jusqu’en 2018 – Ce produit était vendu sur ordonnance de médecin. C’est un produit de phytothérapie, utilisant des extraits concentrés de gui. Il était utilisé en tant que soin de support en oncologie, et jamais en traitement principal à la place d’un traitement de chimiothérapie, assure Yasmine Terki, directrice scientifique chez Weleda France. Jusque-là, Weleda le distribuait dans plusieurs pays dont la France, sous forme d’ampoules injectables sous-cutanées via une ATU, [autorisation temporaire d’utilisation, ndlr] en attendant d’avoir une AMM [autorisation de mise sur le marché, ndlr].

(…)

« Aucune demande de renouvellement de l’ATU n’ayant été faite en 2019, ni par Weleda, ni par Iscador ce produit n’est donc théoriquement plus distribué. Pourtant, nous avons pu facilement le commander – sans prescription médicale – auprès d’une pharmacie parisienne (photo ci-dessous). “Il suffit de passer commande sur le site professionnel de Weleda pour que la boite soit livrée le lendemain”, nous explique-t-on au comptoir. Pour environ 50€, nous avons effectivement pu récupérer dès le lendemain une boite contenant 6 ampoules, soit 6 injections. En outre, en ouvrant la boite, nous avons pu constater qu’elle ne comportait aucune notice d’information sur la composition du produit, son mode d’emploi,  ses contre-indications et effets indésirables, etc… »

 

AUCUNE EXPLICATION

« Ces ampoules contiennent en effet des extraits concentrés d’une plante, susceptibles de produire des effets indésirables graves. La vente d’un tel médicament injectable sans prescription médicale et sans notice d’utilisation est à notre connaissance inédite en France. Interrogée, l’ANSM n’a pas été en mesure de donner d’explications sur la vente de ce produit sans autorisation sur le marché français. Des éclaircissements sont venues directement de Weleda :Nous écoulons les stocks que nous avions quand le produit était encore autorisé en France. Nous n’avons pas vraiment le droit. Et il n’est d’ailleurs pas normal que les boites soient vendues en pharmacie, sans prescription médicale et sans notice d’utilisation ” assure une source interne à l’entreprise

Weleda écoule ses stocks de Viscum album fermenté en France sans autorisation. Ici une boite achetée en mai dans une pharmacie parisienne. (Olivier Hertel)

ISCADOR

Cette vente est d’autant plus problématique que les modalités d’usage de ce produit dans le domaine de la cancérologie sont floues. Si Weleda le présente en effet comme un complément au traitement conventionnel du cancer, la pratique apparait parfois bien différente sur le terrain.

LOBBYING. Iscador AG et Weleda n’ont pourtant eu de cesse durant des décennies, de promouvoir ce médicament à travers un lobbying discret mais efficace. Ainsi, le Dr Robert Kempenich est en relation étroite avec Weleda. C’est d’ailleurs vers lui que l’entreprise nous a orienté pour répondre à nos questions sur les aspects scientifiques du produit. Le médecin entretient effectivement une grande proximité avec l’industriel comme en témoigne la base Transparence Santé, la plateforme officielle sur laquelle les entreprises ont obligation de déclarer leurs liens avec les professionnels de santé.

(…) Une démarche pour contourner l’interdiction en France

Pour contourner le problème de la distribution dans l’Hexagone, Iscador AG – qui reconnait ne pas avoir d’autorisation de distribution en France – a mis en place une nouvelle stratégie. L’entreprise encourage désormais les patients français, lors d’une prise de contact par e-mail depuis leur site, à commander le produit dans les pharmacies en ligne européennes. Sans qu’il soit demandé de prescription médicale. Sur son site, l’APMA indique aussi quelques pharmacies allemandes et suisses où il est possible de se fournir.

(annonce Google ci-dessous)

acheter iscador

Ainsi, les malades atteints d’un cancer en France peuvent-ils toujours acheter du Viscum album fermenté et Iscador, son équivalent allemand et suisse, sans que le produit soit autorisé ni qu’il ait démontré la preuve de son efficacité et dont les effets indésirables sont potentiellement graves selon les dernières données disponibles. Une situation encouragée par des médecins anthroposophes dont  les pratiques sont enseignées au sein même de l’université.« 

VOIR SUR L’ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE DE L’ANTHROPOSOPHIE : https://docs.google.com/document/d/1CTomHb1FgPugsbroqri5ATwHwMefRcn-SKv-zPp35dE/edit?usp=sharing

FORMATION ILE DE Ré

 

Weleda a transmis un droit de réponse à la revue Sciences et Avenirs, qui y a répondu de façon fort convaincante :

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/droit-de-reponse-weleda_134036

« Tous ces éléments suggèrent donc que Weleda n’a pas l’autorisation de commercialiser le VAF en France. L’injection de VAF est-elle dangereuse ? Weleda prétend que la sécurité du VAF est garantie. Or, plusieurs éléments montrent le contraire :

  1. 1 – Une revue systématique de la littérature scientifique sur le VAF datant de mars 2019 conclut clairement qu’il ne faut pas prescrire ce produit à des patients atteints de cancer, d’une part parce qu’il n’apporte aucun bénéfice et d’autre part parce qu’il peut causer des effets indésirables potentiellement graves. Cette revue est à ce jour l’analyse la plus exhaustive et la plus récente sur le VAF.
  1. 2 – La condamnation N° 9862 de 2008 du Dr Heriard par la Chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins indique sans ambiguïté » :(…)

—————-

FIN DE CITATION

REMARQUE :

Sans la moindre honte, les anthroposophes poursuivent en justice la lanceur d’alerte Grégoire Perra, pour avoir critiqué justement … la médecine anthroposophique !

 « les représentants de la médecine anthroposophique en France ont dernièrement porté plainte contre moi pour injures et diffamations, attaquant un article de mon blog faisant le compte-rendu d’une intervention donnée dans le cadre d’un colloque du GEMMPI : https://veritesteiner.wordpress.com/2018/10/07/mon-experience-de-la-medecine-anthroposophique/. Les représentants de la médecine anthroposophique me réclament à présent plus de 35 000 Euros de dommages et intérêts et m’assignent devant le TGI de Strasbourg. »

heidi news Iscador 2

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.