LA BIODYNAMIE, EFFET PLACEBO ou PIÈGE À C…S ?

Un scoop de la revue anthroposophique française AETHER :

« Chacun est libre de mettre en œuvre cette approche [biodynamique] comme il l’entend, à part s’il souhaite profiter d’un label soumis à un cahier des charges ».

———————-

           Je me suis souvent plaint que les présentateurs de l’agriculture biodynamique n’en détaillent  pas (ou très peu) les modalités ésotériques, comme l’introduction de certaines plantes dans une vessie de cerf, un crâne de porc, ou d’autres organes animaux, ainsi que le prescrit Rudolph Steiner.

Les non-dits des présentateurs paraissent donc laisser supposer l’existence de variantes allégées de la méthode originale.

          Cette supposition se voit confirmée par la réponse que me fit la revue Æther à la suite de mon commentaire d’ une vidéo You tube, où l’agronome M. Bourguignon vantait l’efficacité de la méthode biodynamique :

liberté BD soulignée4    Les anthroposophes affirmaient ainsi la liberté d’appliquer une sorte de « biodynamie à la carte »… tant qu’un label particulier n’était pas demandé : il y aurait donc une biodynamie officielle et d’autres plus ou moins conformes ?

Comment comprendre un tel laxisme ?

    La méthode biodynamique décrite avec précision par le gourou R. Steiner était supposée produire des effets, tant sur la culture des produits agricoles concernés  que sur la santé de leurs consommateurs.

       Si chacun peut appliquer, sans en changer le résultat, la méthode originale amputée de certaines des exigences initiales, force est de conclure que chaque variante agit alors comme une sorte de placebo dont les effets sont réputés les mêmes dans tous les cas

       Dès lors faut-il croire que les exigences du gourou étaient superfétatoires, les mêmes  effets pouvant être obtenus à moindre frais ?

      Le Maître lui-même aurait-il imposé à ses adeptes des normes excessivement complexes ? Les plus fidèles à la lettre du message seraient alors victimes de leur confiance, alors que les plus pragmatiques verraient leur manque de fidélité récompensée ?

      D’autre part, les consommateurs eux-mêmes seraient floués : ils espèrent (et payent) une qualité « biodynamique » qui, dans bien des cas, ne serait pas vraiment conforme aux exigences de l’initiateur.

Décidément, le commentaire de la Revue Æther ouvre plusieurs  possibilités : chacun choisira entre l’annonce masquée d’un effet placebo, et le piège à c…s le plus sordide.

       Telle sera la conclusion du « grand critique acharné de la biodynamie« , délicieux qualificatif dont m’honore l’exquise revue anthroposophique, tout en me reprochant un excès de rationalité au dépens de ma sensibilité (ce qui est dû certainement à ma consommation abusive de pommes de terre, contre laquelle nous avait mis clairement en garde Rudoph Steiner) :

jp critique acharné 2

———————— –

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.