(Dans l’Express :)Natalie Grams : « L’homéopathie a plus à voir avec l’ésotérique qu’avec la nature »

Ex-homéopathe devenue critique des pseudosciences, cette médecin allemande déconstruit le discours des partisans des médecines alternatives.

Propos recueillis par Thomas Mahler publié le 10/08/2021 à 11:18 , mis à jour à 11:30 Dans l’hebdo du 12 août NewsletterLe Sept Les 7 infos qui comptent pour commencer la journée Envoyée chaque matin

En Allemagne, elle est l’une des critiques les plus médiatiques des pseudosciences. Homéopathe repentie, Natalie Grams s’est depuis 2015 engagée pour une médecine fondée sur les preuves. Dans son dernier ouvrage, Was wirklich wirkt (Aufbau, non traduit), la médecin déconstruit les discours des promoteurs des médecines alternatives. Entretien. 

L’Express : Vous avez exercé en tant que médecin homéopathe jusqu’en 2015, tout en ayant été aussi formée à la médecine traditionnelle chinoise. Qu’est-ce qui vous avait intéressé dans ces médecines alternatives ? 

Natalie Grams : Comme beaucoup de personnes je crois, je suis venue aux médecines alternatives suite à un problème de santé. J’ai consulté un homéopathe puis un acupuncteur. Je ne me suis pas demandé ce qui m’avait vraiment aidée : était-ce l’énergie dans les aiguilles de l’acupuncture ou les granules de l’homéopathie, ou l’attention portée à moi ? J’étais si enthousiaste d’aller mieux que j’en ai délaissé toute pensée critique, quand bien même j’étudiais alors en faculté de médecine. J’oubliais alors que nous avons un système immunitaire très performant, et que dans environ 80% des cas, notre corps guérit de lui-même. La médecine n’entre vraiment en jeu que lorsque justement notre corps n’y arrive pas par lui-même. Mais dans la majorité des situations, il vaut mieux être reconnaissant envers son corps plutôt que de remercier des pilules de sucre (rires).   La Loupe, le podcast Nouveau ! Ecoutez l’info de plus près
Le matin, dès 6h Je découvre gratuitement

Comment êtes-vous devenue l’un des principaux critiques de l’homéopathie ?  

L’ironie, c’est que je voulais justement écrire un livre pour défendre l’homéopathie, en réaction à la sortie en Allemagne d’un ouvrage très critique intitulé Les mensonges de l’homéopathie (2012). Cela m’avait énervée, car je pensais observer tous les jours comment l’homéopathie fonctionnait sur mes patients. J’ai donc commencé des recherches approfondies sur le sujet, et pris conscience que les arguments en faveur de l’homéopathie étaient comme des châteaux de sable : il n’y a aucune preuve et aucun raisonnement qui tiennent. Dans le meilleur des cas, c’est simplement un effet placebo, ce qui n’est certes pas négligeable, mais qui ne peut pas se présenter comme une thérapie médicamenteuse.  LIRE AUSSI >> Politique, hôpital, facultés… L’offensive des médecines douces, propice aux pseudosciences

Tout mon système de croyances s’est effondré. Au départ, mes remarques restaient très mesurées et je me demandais comment réformer et sauver l’homéopathie de l’intérieur, car j’avais pris conscience que les enseignements de Samuel Hahnemann datant d’il y a deux siècles ne pouvaient fonctionner aujourd’hui. Finalement, je suis totalement sortie de cette discipline, pour effectivement en devenir l’une des critiques les plus exposées en Allemagne.   « Avec l’homéopathie ou la médecine anthroposophique, l’Allemagne est un modèle négatif »

Les défenseurs des médecines alternatives et complémentaires citent souvent votre pays comme modèle. Qu’en pensez-vous ?  

Je parlerais plutôt de modèle négatif (rires). L’Allemagne est le pays de naissance de l’homéopathie. Le IIIe Reich l’a d’ailleurs soutenue car elle était perçue comme une médecine nationale. Par ailleurs, nous avons chez nous un important courant écologique qui a toujours eu des affinités avec les médecines alternatives et estime que tout ce qui est perçu comme naturel est bon. Dans la loi allemande sur les médicaments, l’homéopathie, tout comme la médecine anthroposophique, bénéficient d’un statut particulier et privilégié, car contrairement aux autres produits pharmaceutiques, leurs médicaments peuvent être commercialisés sans avoir à faire preuve de leur efficacité. C’est une vraie légitimation. 

Il y a ainsi chez nous une longue tradition qui consiste à fermer les yeux sur des arguments qui ne sont pas rationnels et scientifiques, tels ceux développés par Hahnemann. Je doute qu’il faille s’inspirer de cela. Mais les choses sont en train d’évoluer dans mon pays, car les critiques se multiplient ces dernières années contre l’homéopathie. » 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.