Les parents d’élèves de l’école Steiner de Bagnères déboutés : ce que dit le juge

Les parents d’élèves de l’école Steiner de Bagnères déboutés : ce que dit le juge
L’audience avait duré trois heures, ce mercredi, devant le tribunal administratif de Pau. Jean-Philippe Gionnet

publié le 3 septembre 2021 à 16h28, modifié à21h09.

Sommés d’inscrire leurs enfants dans une autre école, ils avaient saisi le juge des référés pour réclamer la suspension de cette décision. 

La décision du tribunal administratif de Pau a été rendue ce vendredi. 

Vingt-huit parents d’élèves de l’école des Boutons d’or de Bigorre, un établissement alternatif basé sur la pédagogie Steiner, avaient saisi le juge des référés pour réclamer la suspension de l’exécution de la décision du rectorat qui, le 18 août, les a contraints d’inscrire leurs enfants dans une autre école.

L’administration s’appuie sur un rapport rédigé à la suite d’un contrôle inopiné mené en mars dans cette petite école de Bagnères-de-Bigorre.

Celui-ci fait notamment état de « manquements graves et répétés » dans les apprentissages mais épingle aussi la gestion administrative ou encore les conditions d’accueil des élèves dans des locaux jugés trop exigus.

Des conclusions que la direction de l’école et les parents contestent. Comme ils ont pu le faire valoir, mercredi, devant le tribunal administratif par la voix de leurs avocats.

Les « méthodes pédagogiques » pas « satisfaisantes »

« Le juge des référés a écarté les reproches faits à l’établissement, concernant le risque pour l’ordre public et les carences dans sa gestion administrative » indique ce vendredi le tribunal administratif de Pau dans un communiqué publié en fin de journée.

« En revanche, il a estimé que les méthodes pédagogiques ne permettent pas de satisfaire à l’objet et au contenu de l’enseignement obligatoire, prévu par le code de l’éducation, visant à l’acquisition d’un socle commun de connaissances à chaque fin de cycle d’enseignement.

Le juge des référés a considéré que ce seul motif justifiait que le recteur, se trouvant en situation de compétence liée, émette les mises en demeure contestées. En conséquence, il a rejeté toutes les requêtes ».

Soutenez La République des Pyrénées et un journalisme de qualité proche de vous : abonnez-vous à partir de 1€ par mois ! M’abonner recevez notre newsletter coronavirus – Le point en Béarn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.