OUVERTURE D’UN DÉBAT PHILOSOPHIQUE : l’anthroposophie est-elle goethéene ?

VOICI LE COMMENTAIRE REçU HIER D’ UN LECTEUR ATTENTIF, QUI PERMET QUE S’OUVRE LE DÉBAT QUE JE SOUHAITE

 

lartigue dit :

« N’est-il pas temps que les éventuelles découvertes de la biodynamie se libèrent de la « science-spirituelle », pour devenir tout simplement …scientifiques ? » dites vous en conclusion de votre VI.

Puisque vous vous interessez à Steiner au point de passer du temps à produire ce blog, pourriez vous me dire ce qu’est pour vous la science ? Sur quoi se fondent elle ? Autrement dit, quelle approche épistémologique avez vous ?
Et plus précisément, que pensez vous des livres « Une théorie de la connaissance chez Goethe » et « Vérité et science » de Steiner. Pourriez vous me citer les passages de ces livres où ça coince, selon vous ? Etant donné qu’il y montre, de la façon la plus élémentaire et logique qui soit, en quoi Emmanuel Kant se trompe. Emmanuel Kant étant « le père fondateur » de ce qui est communément appelé « science » ( ou scientifique) de nos jours. MerciLartigue

PS : je peux mettre du temps à réagir, je n’ai pas internet chez moi.

——————————

« Cher Monsieur,
« Un grand merci de vous êtes intéressé à mon travail , et de me permettre de clarifier mes objectifs!

« Vous semblez me proposer un véritable sujet de thèse (Goethe contre Kant, guère original)…mais ce sera pour une autre vie ! Et, vous l’avez surement observé, ce serait « hors sujet ». Mon ambition est tout autre : montrer l’usage abusif de la pensée goethéenne par les anthroposophes : un lien renvoie à leur site officiel http://www.bio-dynamie.org/biodynamie/goethenne/, et non à Goethe.

À mon tour de vous interroger, en tant que connaisseur de la pensée goethéenne (bien plus que moi).

Reconnaissez-vous comme issue de cette pensée les produits de la biodynamie, bouse de corne et autres farines… de quartz?

Est-ce digne de cette pensée d’affirmer que seules les bouses « nationales » feraient l’affaire?

Est-ce digne de cette pensée de continuer à promouvoir des analyses globales vitalistes , auxquelles les biodyanmistes eux-mêmes se voient aujoud’hui obligés de renoncer ?

Je m’étonne que vous ne réagissiez pas, comme connaisseur de Goethe, contre la récupération d’une philosophie aussi riche et complexe, par des biodynamistes anthroposophes prêts à toutes les récupérations (y compris de la physique quantique…censée justifier l’effet des observateurs atteints de « mains vertes »).

Toujours dans cette optique, peut-être pourriez-vous intervenir auprès de la Ministre pour l’informer de ces dérives, qu’elle serait bien mal inspirée de laisser présenter, sous cet habillage philosophique factice et mensonger, devant des élèves éduqués depuis plusieurs années par des enseignants déjà formés à l’anthroposophie ?

Je m’en tiens ici à demander l’expérimentation bassement rationnelle des pratiques biodynamiques anthroposophiques, selon la méthode expérimentale, initiée par …Claude Bernard (en médecine).

Méthode avançant par hypothèses sans cesse remises en cause, et qui a fait quelques preuves. Elle nous a permis d’approcher -c’est le mot- de la connaissance de ces astres et planètes dont la science « spirituelle » (si peu goethéenne) nous a livré une si désastreuse image.

La remise en cause permanente de leur pensée, et de leurs méthodes, est totalement inconnue des anthroposophes, qui, ayant atteint une vérité définitive, se contentent d’essayer d’éclaircir les écrits confus du maître. Blocage de la pensée, qui ne me paraît guère « goethéenne », qu’en pensez-vous ?

D’ailleurs, maintenant les biodynamistes tentent eux-mêmes de présenter des résultats d’analyses quantitatives de sols, d’après des méthodes agrées scientifiquement : c’est la question de leurs prélèvements, et de l’ indépendance des expérimentateurs que je pose ; d’où l’espoir que la ferme du Domaine du possible les vérifie !

Au plaisir de lire votre réponse, que je diffuserai sur cette nouvelle page du blog.

2 réflexions au sujet de « OUVERTURE D’UN DÉBAT PHILOSOPHIQUE : l’anthroposophie est-elle goethéene ? »

  1. Bonjour,

    Je trouve que Lartigue à travers son mail pose les bonnes questions ! Quels sont les critères qui d’après vous permettent de distinguer la notion de science spirituelle avec celle de science ? Je m’attendez à ce que vous y répondiez dans votre réponse, mais ce n’est pas vraiment le cas…

    1. vous connaissez sans doute mieux que moi ce que vous appelez la « science spirituelle », telle que celle des anthroposophes. Je connais la science expérimentale, qui avance des hypothèses et les vérifie, ou les remplace. Elle avance ainsi progressivement, et modestement, sans jamais dire qu’elle atteint une vérité définitive. Ses résultats sont accessibles à tous. Ce que je connais de votre science spirituelle, c’est qu’elle nécessite une initiation, et n’est pas accessible à tous : chacun dépend des révélations confuses du Maître, qu’il est impossible de critiquer. Lisez-donc ma page sur le « moteur éthérique » étudié durant 20 ans par le Goetheanum, au frais de Weleda. Seul Steiner avait la « clé », parait-il, et encore avec beaucoup de variantes ! Finalement Paul Emberson, responsable de l’Anthro-Tech, fut accusé de fraude, et partit en Écosse essayer de tenter de mettre au point son Harmogyra, à sa façon; après un désaccord fondamental avec le Maître,sur les risques de l’informatique. Bel exemple de science spirituelle en action sur plus de 20 ans ! Je vous rappelle que je n’invente rien, mais cite une longue étude publiée par la filière officielle de la science spirituelle.

Laisser un commentaire